Le papillomavirus humain chez la femme, de quoi s'agit-il? Causes et traitement

Le virus du papillome humain (VPH) est un problème qui frappe constamment l'oreille d'une personne, bien qu'il soit apparu relativement récemment. Et, bien que le VPH ne représente pas une menace significative pour la société dans son ensemble, les informations sur ce virus ont rapidement rempli l'espace d'informations. Les appels à se "protéger" contre le papillomavirus et le cancer du col utérin n'ont été éclipsés que par le battage publicitaire saisonnier autour de la grippe porcine.

Après avoir étudié toutes les ressources d’information disponibles sur le papillomavirus, beaucoup d’entre nous n’entendent dire que les mots «chaotique», «condylome», «vaccination» apparaissent de manière chaotique. Et même le site Web officiel de l’OMS ne diffère pas en ce qui concerne le VPH, en donnant des chiffres non chiffrés sur la prévalence de la maladie et en orientant franchement la question dans le sens de la vaccination. Comment vraiment traiter cette maladie? Quel traitement peut offrir la médecine moderne et vaut-il la peine de guérir cette infection?

Qu'est ce que c'est

Le VPH (papillomavirus humain, papillomavirus, VPH) est l’une des infections sexuellement transmissibles les plus courantes. Le principal danger du VPH réside dans le fait que lors de longs séjours dans le corps, certains types de ce virus peuvent causer le cancer.

Les causes

Le papillomavirus humain pénètre dans le corps par le biais de lésions mineures de la peau. En présence de fissures ou de rayures pour rendre cette infection n'est pas difficile. L'infection peut survenir d'une personne malade, ainsi que du porteur de l'infection, qui ignore sa présence.

Allouer et un groupe de facteurs contribuant à l'infection par le virus, ils comprennent:

  1. Changement fréquent de partenaires sexuels.
  2. Maladies gynécologiques chroniques, y compris l'érosion du col utérin.
  3. Les maladies vénériennes - chlamydia, ureplazmoz, gonorrhée, muguet.
  4. Utilisation à long terme de contraceptifs oraux.
  5. Un grand nombre d'avortements. Un traumatisme des organes génitaux internes lors d'avortements perturbe la couche muqueuse, ce qui contribue à une meilleure pénétration et au développement de toute infection.
  6. Début précoce de l'activité sexuelle chez une fille. On pense que dans la plupart des cas, le VPH pénètre dans le corps d'une femme de moins de 25 ans. Il y a un risque de transmission du VPH et sans pénétration dans le vagin au moment de l'acte intime. Autrement dit, les filles qui se caressent sont également exposées à un risque d'infection par le papillomavirus.

Selon les statistiques, plus de 70% des femmes en âge de procréer sont infectées par le VPH, mais toutes n’activent pas le virus. Le développement de l'infection et l'apparition de ses diverses manifestations sur la peau, les muqueuses contribuent à la réduction des défenses de l'organisme, aux situations de stress prolongées, aux déséquilibres du système endocrinien.

Classification

Le papillomavirus humain peut être de plusieurs types. Ils se caractérisent par divers degrés d'exposition au corps de la femme. Parmi eux:

  • 1, 2, 3, 5 types non oncogènes;
  • 6, 11, 42, 43, 44 avec un faible risque d’oncogénicité;
  • 16, 18, 31, 33, 35, 39, 45, 51, 52, 56, 58, 59 et 68 avec un risque élevé d’oncogénicité.

Le diagnostic du VPH est effectué à l'aide de divers tests de laboratoire. Mais le premier signal pour une femme devrait être des changements dans le corps. Les patients notent souvent la présence de néoplasmes sur différentes parties du visage et du corps.

Symptômes du VPH chez les femmes

Chez la plupart des patients, le papillomavirus se déroule sans symptômes visibles. Cependant, il existe des cas dans lesquels les femmes atteintes du VPH présentent soit des verrues, soit d'autres éruptions cutanées sur la peau ou les muqueuses, soit des pertes vaginales (sanglantes).

Lors d'un examen personnel, le spécialiste attire l'attention sur les manifestations externes suivantes d'une infection virale:

  • signes d'érosion du col utérin (ils sont absents dans les stades précoces, donc les médecins font un frottis sur la cytologie de tous les patients);
  • signes de dysplasie;
  • la présence de tumeurs (le plus souvent cancéreuses) sur le col de l'utérus;
  • douleur dans la région génitale;
  • brûlure, décharge inhabituelle, etc.

La durée de la période d'incubation du VPH dépend du type de virus et d'autres facteurs externes et internes. Le papillomavirus 18 ou 16 peut causer le cancer 10, 15 ou 20 ans après l’infection. Le papillomavirus 11 ou type 6 se manifeste sous forme de verrues de 3 semaines à 8 mois.

Manifestations cliniques

Les manifestations cliniques des papillomes:

Parmi les symptômes spécifiques de la maladie chez les femmes, elles sécrètent également des pertes vaginales sanglantes après un contact sexuel, une perturbation du cycle menstruel et une légère démangeaison dans la région génitale.

Comment fonctionne le virus du papillome humain chez les femmes, photo

La photo ci-dessous montre comment la maladie se manifeste chez les femmes.

La vue de ce virus malveillant est également désagréable, comme tout ce qui y est associé. (Nous évitons particulièrement les photos obscènes avec des organes génitaux féminins).

Diagnostics

Il existe deux méthodes principales pour détecter le VPH dans le corps:

  1. Méthode de capture hybride. Une méthode nouvelle et efficace pour diagnostiquer une infection à HPV, qui présente plusieurs avantages par rapport à la PCR. Un test pour un test ADN HPV nécessite de gratter du col ou du canal cervical. Ce test HPV est considéré comme quantitatif, car il vous permet de déterminer la concentration du virus dans le matériel à tester (charge virale HPV). Ce test, comme la PCR, permet de typer le VPH (déterminer les types de virus détectés).
  2. Méthode PCR. Il s'agit d'une analyse qualitative qui vous permet de déterminer uniquement la présence ou l'absence de VPH dans le corps, mais ne détermine pas le nombre de particules virales (charge virale). La PCR permet de déterminer le type de papillomavirus (génotypage du VPH) et d'identifier les types de VPH les plus dangereux (oncogènes). Le sang peut être utilisé pour le test (test sanguin pour le VPH) ou pour des frottis du col utérin et du canal cervical. Décodage des résultats chez un gynécologue ou un oncologue.

Le test HPV est l’une des composantes du dépistage du cancer du col utérin. Il est recommandé à toutes les femmes qui ont atteint l'âge de 30 ans de passer un test HPV et de le répéter périodiquement tous les 3 à 5 ans.

En plus du test HPV, un frottis cytologique est également inclus dans le dépistage du cancer du col utérin. Si votre HPV présente un risque oncogène élevé et / ou si une cytologie a détecté des modifications suspectes, votre médecin peut vous recommander de procéder à des tests supplémentaires:

Traitement du VPH chez les femmes

Le traitement du papillomavirus humain dépend de la forme de l'infection. Donc, si nous parlons de verrues, de papillomes ou de condylomes, le traitement de la femme se déroule en 2 étapes:

  • La formation est enlevée par diverses méthodes. Il peut s'agir d'une excision chirurgicale au scalpel, d'une gravure au laser ou d'un courant électrique, ce qui est plus efficace dans le cas des papillomes et des verrues. Pour le traitement des verrues, la méthode de cryodestruction est utilisée avec succès - nécrotisation de tissus pathologiques à l'aide d'azote liquide à très basse température.
  • Les immunomodulateurs, dont le rôle est d'activer leur propre immunité, ne devraient plus donner le virus à la tête haute (des médicaments qui détruiraient complètement le virus, n'ont pas encore été inventés).

Le traitement d'une tumeur maligne induite par le papillome humain dépend du stade auquel la tumeur est détectée. Il comprend généralement trois éléments: l'ablation chirurgicale du néoplasme, la chimiothérapie et la radiothérapie. Quand appliquer les 2 derniers types de traitement - seulement après la chirurgie, au lieu de la chirurgie ou avant, et après -, cela est décidé par l'oncologue.

Traitement de la toxicomanie

Les médicaments sont la principale force de frappe des médicaments contre le VPH. On prescrit au patient des médicaments qui détruisent les cellules du virus et renforcent le système immunitaire. Selon la pratique médicale, les médicaments suivants démontrent la plus grande efficacité:

  • "Groprinosin" et analogues: "Panavir", "Epigen intim". Immunostimulant antiviral, produit sous forme de comprimés. Largement utilisé dans le monde entier pour lutter contre le virus du papillome. Le médicament combat efficacement le virus dans le corps et élimine rapidement les symptômes externes du VPH chez les femmes.
  • "Allokin-alpha." Immunomodulateur antiviral. Il est prescrit aux patients infectés par le VPH à haut risque oncogénique. Le médicament est administré par voie intraveineuse. En se mélangeant au sang, les ingrédients actifs de ce médicament ont une puissante réponse au virus.
  • "Genferon". Un puissant médicament antiviral à base d'interféron, de taurine et de benzocaïne, qui aide à récupérer rapidement du VPH et à renforcer l'immunité. Il est appliqué strictement comme prescrit par le médecin.
  • "Viferon" (pommade, spray, suppositoires). Efficace contre les infections à HPV en tant que médicament immunomodulateur local. Il est utilisé dans le cadre d'un traitement complet. Sous réserve que les prescriptions du médecin soient strictement suivies, Viferon aide à arrêter rapidement le développement du virus et à se débarrasser des manifestations cutanées externes.
  • Izoprinozin. Un autre représentant du groupe des immunomodulateurs s'est avéré très efficace. "Isoprinosine" peut être traité pour le VPH et mener à bien la prévention. Ces pilules renforcent les défenses internes de l'organisme et renforcent l'effet des injections d'Allokin-alpha.

Comment se passe le déménagement?

Il est nommé dans un complexe avec médicament. La médecine moderne utilise des méthodes destructives permettant d'éliminer rapidement les verrues et les excroissances sur la peau. Le principal inconvénient de l'élimination chirurgicale des défauts est la forte probabilité de récidive, qui est de 45 à 55%. Cela est dû au fait que le virus du papillome est souvent réactivé. Le traitement médicamenteux, décrit dans la section précédente, vise à prévenir la réapparition des excroissances et des verrues.

  1. Thérapie au laser Cette méthode est l'une des plus efficaces et sûres. Le papillome est retiré sous anesthésie locale pendant une procédure sans saignement, car les petits vaisseaux sont immédiatement «scellés». Lorsqu'elle est correctement effectuée après manipulation, une croûte reste sur le site de croissance, après quoi il n'y a presque aucune trace sur la peau. Peut être utilisé pour traiter le papillomavirus humain chez la femme enceinte.
  2. Intervention chirurgicale. La méthode est considérée comme la plus abordable, mais son utilisation entraîne de nombreuses cicatrices sur la peau. Le retrait du papillome est effectué manuellement par un chirurgien avec un scalpel après une anesthésie préliminaire de la zone qui l’entoure. Néanmoins, c'est l'intervention chirurgicale ou la thérapie par ondes radioélectriques qu'il est préférable de choisir en cas de suspicion de malignité (formation de cellules cancéreuses) de la tumeur, car leur utilisation ne détruit pas les tissus pathologiques et peut être envoyée pour un examen histologique.
  3. Électrocoagulation. La méthode implique l'élimination des tumeurs dues aux effets thermiques du courant électrique sous anesthésie locale. Après la procédure, une croûte reste à la place du papillome et, après sa chute, une légère cicatrice peut rester sur la peau.
  4. Thérapie par ondes radio. La méthode est apparue dans l'arsenal des dermatologues beaucoup plus tard que les autres et est considérée comme l'une des plus sûres et des plus prometteuses. Son essence consiste à couper les néoplasmes avec un couteau spécial à ondes radio. Après la manipulation sur la peau, il ne reste aucune trace visible.
  5. Cryothérapie L'essence de la méthode consiste à détruire les tumeurs à l'azote liquide et si presque toutes les autres méthodes nécessitent une anesthésie locale, celle-ci est absolument indolore. Cependant, l'élimination de certains papillomes peut nécessiter plus d'une intervention.
  6. Enlèvement chimique Cette méthode est l'une des plus anciennes. Il est basé sur la destruction des tissus des néoplasmes par des composés agressifs. Ils sont appliqués à la croissance pendant un certain temps plusieurs fois. La fréquence d'utilisation et la durée de l'application dépendent de la préparation choisie et de la taille du papillome. En règle générale, la podophylline, le 5-fluorouracile, la podophyllotoxine, l’acide trichloroacétique, le Solcoderm sont utilisés.

Ainsi, le traitement du virus du papillome humain chez la femme dépend de la taille et du nombre de néoplasmes, de l'état de l'immunité de la patiente, de la présence de certaines maladies ou de la grossesse.

Vaccination contre le VPH

Selon les données de l'OMS, il existe actuellement deux vaccins qui protègent contre les HPV 16 et 18, connus pour causer au moins 70% des cancers du col de l'utérus. Ces vaccins peuvent également fournir une protection croisée contre d’autres types moins courants de VPH qui causent le cancer du col de l’utérus. L'un de ces vaccins protège également contre les types de VPH 6 et 11, qui provoquent des verrues anogénitales.

Les résultats des essais cliniques suggèrent que les deux vaccins sont sûrs et très efficaces dans la prévention des infections par HPV 16 et 18. Les deux vaccins sont plus efficaces si la vaccination est administrée avant l'exposition au HPV. Par conséquent, il est préférable de procéder à la vaccination avant le premier contact sexuel. Les vaccins ne guérissent pas l'infection au VPH ou une maladie associée au VPH, telle que le cancer.

Dans certains pays, la vaccination des garçons a été introduite, en tenant compte du fait qu’elle peut prévenir le cancer des organes génitaux chez les hommes et les femmes, et l’un des vaccins existants empêche également le développement des verrues génitales chez les hommes et les femmes. L'OMS recommande de vacciner les filles âgées de 9 à 13 ans, car il s'agit de la mesure de santé publique la plus rentable contre le cancer du col utérin.

La vaccination contre le VPH ne remplace pas le dépistage du cancer du col utérin. Dans les pays où le vaccin anti-HPV a été introduit, la mise au point de programmes de dépistage peut également être nécessaire.

Prévention

Pour réduire le risque de contracter le VPH, les femmes et les jeunes filles doivent suivre les directives suivantes:

  1. En cas de contact sexuel occasionnel, utilisez toujours un préservatif.
  2. Deux fois par an pour tester votre partenaire et vous-même du VPH.
  3. En temps opportun, informez les adolescentes de la maladie à HPV et de la manière de la transmettre. Seule la connaissance aidera à protéger l'enfant contre des erreurs irréparables dues à l'inexpérience. Le meilleur moment pour une conversation aussi intime est l'âge d'un adolescent âgé de 12 à 13 ans.
  4. Utilisez uniquement vos propres produits d'hygiène et ne prenez jamais la serviette, les ciseaux, le savon ou autre chose de quelqu'un d'autre.
  5. Lorsque les premiers signes d'infection apparaissent, contactez immédiatement un spécialiste des maladies infectieuses. Il est souhaitable de le faire avec votre partenaire sexuel.
  6. Il est très important d'avoir un partenaire sexuel permanent. Avant de commencer un contact sexuel avec une personne, vous devez vérifier si vous avez le VPH, ainsi que d’autres maladies vénériennes.
  7. Prévenir l'affaiblissement du système immunitaire et traiter rapidement toute maladie de l'appareil reproducteur.
  8. Vacciner contre le papillomavirus. Bien sûr, il ne pourra pas protéger contre tous les types de virus, mais cela réduira le risque de développer les souches les plus dangereuses. Cette vaccination comprend trois injections qui doivent être effectuées par tous les temps.

Aux États-Unis également, le vaccin Gardasil a été mis au point. Il a été recommandé le 16 juin 2006 par le Comité consultatif sur les pratiques d'immunisation comme protection contre le cancer du col de l'utérus. La vaccination est effectuée sur les filles, à partir de 11-12 ans, trois fois. Le prix d’une injection est de 120 dollars (360 pour une immunisation complète). Ce vaccin est utilisé dans certains pays européens (Grèce, par exemple, mais déjà au prix de 185 euros par injection).

En Russie, le vaccin Gardasil a été enregistré en 2006 et est également disponible. Dans certaines régions (Moscou, région de Moscou), les jeunes filles sont vaccinées gratuitement, dans d'autres (par exemple, dans la région de Riazan), elles doivent payer pour la vaccination (environ 16 000 roubles en 2013).

Un autre vaccin - Cervarix - est apparu plus tard sur le marché. Il est disponible et son utilisation est autorisée à partir de 10 ans.

Les symptômes du virus du papillome humain chez les femmes

✓ Article vérifié par un médecin

Dans la nature, de nombreuses infections sexuellement transmissibles, notamment le papillomavirus. Le danger du virus est qu’il peut provoquer de nombreuses maladies, telles que les maladies de la peau, l’oncologie. Le groupe HPV comprend non seulement un virus actif, mais environ 70, qui présentent des caractéristiques distinctives dans la composition de l'ADN. Outre le contact génital non protégé, une femme peut être infectée par le VPH lorsqu'un vecteur du virus sécrète sur la peau et également pendant la période périnatale. Malheureusement, il est impossible d'éliminer le virus, mais il existe un traitement efficace qui aide à bloquer les symptômes.

Les symptômes du virus du papillome humain chez les femmes

Comment se manifeste la pathologie chez la femme?

Près de 50% de toutes les femmes sexuellement actives sont infectées par le papillomavirus. Après pénétration dans le corps, cette infection se manifeste sous la forme de verrues génitales ou verrues génitales. Cependant, le plus grand danger que représente le VPH pour la santé sexuelle des femmes, provoquant l’apparition de cellules atypiques dans le col de l’utérus. En conséquence, une condition précancéreuse peut se développer, ce qui conduit finalement à la cancérologie. Par conséquent, les experts recommandent tous les six mois qu'il soit impératif de se soumettre à un examen approfondi par un gynécologue, car le flux de HPV chez la femme se produit dans la plupart des cas sans manifestation de symptômes prononcés.

Voies de transmission du VPH

Lors d'un examen gynécologique, le médecin peut détecter tous les signes du papillomavirus, mais des preuves supplémentaires sont nécessaires pour confirmer le diagnostic exact: l'analyse par PCR. Grâce à ce test, il est possible non seulement de diagnostiquer le VPH, mais également de confirmer le type d'infection.

Qu'est-ce que le papillomavirus humain?

Attention! Le groupe HPV comprend un grand nombre de papillomavirus humains, qui peuvent affecter le corps féminin de différentes manières, à la fois asymptomatiques et provoquant une affection précancéreuse.

Après confirmation du diagnostic, le porteur du virus est envoyé en colposcopie. Cette procédure est un examen obligatoire, qui vous permet d’examiner l’utérus sous un grossissement multiple. A travers cette étude, la pathologie latente de l'organe est déterminée. En outre, le médecin peut prescrire une cytologie et une biopsie (nécessite un échantillon de tissu pour un examen microscopique) afin d'exclure l'oncologie.

À propos du virus du papillome humain

Les principales manifestations du VPH

Une femme avec une inspection visuelle peut observer des néoplasmes ayant une forme papillaire et se caractérisant par une couleur rose pâle. Emplacements - peau, organes génitaux muqueux. Apparaissent non seulement sous forme de tumeurs uniques, mais également sous forme de lésions cutanées multiples. Il est possible de caractériser les verrues virales comme un «peigne à queue» ou une partie du chou-fleur. Des études montrent que les papillomes et les condylomes du papillomavirus humain sont modérément oncologiques, de sorte que le risque de devenir un cancer est trop faible. Malgré cela, ils sont démontrés.

Les formations en forme de verrues planes sont le plus souvent localisées dans la zone de la muqueuse vaginale. Parfois, le gynécologue les diagnostique sur la membrane muqueuse du col de l'utérus. La principale différence par rapport aux condylomes est une forme de néoplasme. Cependant, les verrues planes ont un potentiel oncologique plus élevé, de sorte qu'une femme est nécessairement envoyée pour une colposcopie et une biopsie. Sur la base des résultats du test, la tactique supplémentaire de retrait des néoplasmes est déterminée. En conséquence, en l'absence de paramètres pathologiques, seule une verrue présentant un petit cercle de tissu est retirée. Au contraire, si des modifications atypiques dans les cellules étaient confirmées, une grande partie des tissus circonférentiels est retirée de toute urgence, ce qui capture également les cellules saines.

Les cellules épithéliales peuvent être transformées de manière à provoquer un état précancéreux. Les tactiques de traitement ultérieures dépendront de la forme et du stade de transformation des noyaux des cellules épithéliales. Dans certains cas, la conisation est prescrite - une procédure chirurgicale spéciale qui vous permet de retirer une petite partie du col de votre utérus pour prévenir la dégénérescence oncologique. Lors du diagnostic d'une dysplasie légère à modérée, les experts insistent sur le traitement conservateur (à condition qu'il n'y ait pas d'infections urogénitales). Seule une dysplasie grave de l'évolution de la maladie nécessite une intervention chirurgicale obligatoire.

Sur la peau féminine des organes génitaux, des éruptions cutanées peuvent se produire, caractérisées par des plaques compactées qui surplombent la peau. Il est caractéristique que ces éruptions cutanées présentent une teinte rosâtre ou jaunâtre. Le risque de papulose bovenous est que le risque de cancer de la peau est élevé

Il s'agit d'une condition précancéreuse directe comportant trois stades de développement. Ce dernier est le début du développement du processus oncologique.

Dysplasie cervicale

C'est important! Le principal type de traitement visant à éliminer les symptômes alarmants du papillomavirus chez la femme est efficace. En outre, pour bloquer les manifestations du VPH, des immunostimulants sont prescrits (le plus souvent, le virus se distingue par des symptômes externes avec une immunité affaiblie) et par l'utilisation d'antiviraux.

Symptomatologie

A partir de quel type de papillomavirus est présent dans le corps de la femme, dépendra de la manifestation principale des symptômes.

Papillomes génitaux chez les femmes

  1. Après un rapport sexuel, une femme peut présenter de légers saignements vaginaux se produisant pendant la période intermenstruelle.
  2. L'apparition de douleur ressentie dans le dos, les membres inférieurs et le bassin.
  3. Fatigue de nature chronique.
  4. Perte de poids périodique.
  5. Mauvais appétit.
  6. Écoulement vaginal caractérisé par une odeur désagréable.
  7. Sensation inconfortable dans le vagin.
  8. Gonflement des membres inférieurs.

Si le virus se présente sous une forme plus avancée, il y a de graves conséquences qui conduisent à une dégénérescence en oncologie.

Symptômes de l'infection à HPV chez les femmes

Cancer du col utérin

L'oncologie du col utérin et le papillomavirus sont directement liés. Le principal danger réside dans l'évolution chronique de la maladie, qui conduit à la dégénérescence d'un état précancéreux en une maladie oncologique.

Cancer du col utérin

Si une femme a une infection à papillomavirus humain, mais en même temps un niveau élevé de fonctions de protection du système immunitaire, le cancer ne se développera que vingt ans plus tard (c'est pourquoi il est important de maintenir le niveau d'immunité). Lorsqu'une femme a une immunité insuffisante ou est affaiblie par d'autres virus, par exemple le VIH, l'oncologie se développe sur plusieurs années (de 5 à 10 ans).

Facteurs de risque:

  • activité sexuelle précoce;
  • vie sexuelle sans barrière contraceptive avec différents partenaires;
  • fumer régulièrement;
  • destruction de l'immunité due aux lésions virales (infection par le VIH).

Papillomavirus humain

Quelle est l'ampleur du problème?

Selon les statistiques médicales, il a été établi: dans le monde, le cancer du col utérin est la quatrième maladie la plus répandue. La mortalité dans ce cas est d'environ 7,5% de tous les types de cancer.

Par conséquent, dans les pays développés, il existe un programme qui permet d'identifier la pathologie à un stade précoce et de le bloquer en temps opportun - il s'agit d'un dépistage. Grâce à ce test, la condition précancéreuse des femmes qui se sentent en parfaite santé est confirmée.

Processus de progression du VPH

Faites attention! Le dépistage permet de détecter le cancer au stade le plus précoce, lorsque l’efficacité du traitement représente un pourcentage élevé.

Comment prévenir le VPH?

Afin de ne pas devenir victime de la vaccination contre le papillomavirus, il est nécessaire. Les principaux provocateurs de l’état précancéreux sont les 16 et 18 types du virus, c’est d’eux qu’il existe actuellement une vaccination efficace. En outre, après l’introduction du vaccin, il existe une protection croisée contre d’autres types moins courants, par exemple 11 et 6.

Types de papillomavirus humain

À l'aide! Les VPH 11 et VPH 6 se caractérisent par la manifestation de condylomes anogénitaux sur la peau (en particulier dans la région génitale).

La vaccination n’est efficace que si le médicament a été introduit avant l’infection par le papillomavirus. Par conséquent, il est préférable de vacciner dès l'adolescence, lorsque le premier rapport sexuel n'a pas eu lieu. Il est à noter que la vaccination ne peut pas sauver des effets du virus - une condition précancéreuse.

Vous trouverez plus d'informations sur le VPH chez les femmes dans la vidéo.

Vidéo - Le papillomavirus humain chez les femmes

Vous aimez cet article?
Enregistrer pour ne pas perdre!

Le VPH chez les femmes: comment se manifeste-t-il et que faire s'il est détecté?

Selon les matériels de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), environ 50% des habitants de la Terre d'ici environ 50 ans sont infectés par ce virus. Même les enfants y sont soumis.

Le VPH chez les femmes est un problème à part, car il comporte un risque d'oncologie. Selon les statistiques, chaque année, environ 500 000 femmes dans le monde, qui se tournent vers des institutions médicales, entendent le verdict des médecins: le cancer du col utérin.

Qu'est-ce que le VPH?

Le VPH (virus du papillome humain) est un groupe de microorganismes de nature virale. En un demi-siècle, plus de 100 types de VPH ont été identifiés. Parmi eux, 80 sont nocifs pour les humains et souvent, l'infection «dort» simplement dans le corps, apparemment ne se manifeste pas.

Absolument se débarrasser du papillomavirus, le faire sortir du corps humain est impossible. Aucun médicament, procédure et médecine traditionnelle n’aideront pas. La seule chose à faire est de le "mettre en sommeil", bloquant ainsi l'émergence de nouvelles formations.

À quelle fréquence le VPH survient-il chez les femmes?

Très souvent, le papillomavirus se rencontre chez les jeunes femmes de moins de 30 ans. En même temps, la fille ne sait même pas qu'elle est porteuse du virus. La raison en est qu’en règle générale, au tout début, il n’ya pas de signes cliniques évidents de la maladie.

En l'absence de signes évidents, le diagnostic de la présence de HPV dans le corps n'est possible qu'à l'aide de tests de laboratoire avec des tests appropriés (pour les infections sexuellement transmissibles).

À quelle fréquence le VPH survient-il chez les femmes?

Selon les statistiques provenant d'études épidémiologiques récentes, on peut voir comment le papillome se propage dans le corps de la femme:

  • 10% des patients potentiellement en bonne santé sont infectés par cet agent pathogène;
  • 80% sont des verrues génitales;
  • 35% est une lésion bénigne du col utérin;
  • 90% - condition précancéreuse du col de l'utérus avec risque de transformation des cellules altérées (néoplasie);
  • 60% de la phase initiale latente de la formation du cancer, lorsque les signes et les symptômes ne sont pas encore visibles (carcinome).

Voies d'infection par le virus

Cette propagation du VPH est due au fait que les méthodes de transmission du virus sont diverses:

  • rapport sexuel (par tout type de rapport sexuel);
  • caresser;
  • de la mère au nouveau-né (si la femme enceinte était infectée par le papillomavirus);
  • voie de contact de contact et de ménage (à travers des microtraumatismes sur la peau).

La principale méthode d’infection consiste à passer par les muqueuses. Et ce sont toutes sortes de rapports sexuels (du baiser au rapport sexuel).

Facteurs contribuant à la fois à l'ingestion et à l'activation d'un virus du sommeil:

  • immunité réduite;
  • la promiscuité;
  • manque / manque d'hygiène personnelle.

Emplacements des papillomes

La localisation du papillome dépend de son type:

  • Les verrues génitales se forment le plus souvent sur les organes génitaux externes et internes.
  • Papillome ordinaire (en commun - verrue) - sur les mains (sur les doigts, entre eux, sur le dos de la paume).
  • Papillome plantaire - sur les pieds.
  • Plat - sur le visage, les lèvres, la poitrine.
  • Filamenteux - dans les endroits où la transpiration est accrue (paupière supérieure, aine, aisselles, sous la poitrine).

Symptômes et signes du VPH chez les femmes

La période masquée d'exposition au virus peut varier:

L'absence de symptômes lors de la présence à long terme du papillomavirus est dangereuse et peut entraîner des processus irréversibles.

À un stade précoce, le virus ne peut être détecté que par un laboratoire. Aux premières manifestations, le gynécologue peut le détecter par inspection visuelle et colposcopie.

Les patients doivent immédiatement contacter les spécialistes présentant les symptômes suivants:

  • les verrues;
  • expansion des verrues génitales;
  • douleur dans la région génitale;
  • brûlure, écoulement sanglant;
  • papulose (éruption sur les parties génitales, plaques dures, indolore).

Types de VPH chez les femmes

Les types de papillomavirus sont généralement classés en fonction du niveau de menace du passage du HPV à l’oncologie. Près de 120 types de virus sont divisés en:

  • types à risque oncogène élevé (16, 18, 51);
  • avec un degré de risque moyen (26, 30, 52, 53, 56);
  • présentant un faible risque oncologique (6, 11, 42 à 44);
  • non oncogène (1-5, 10, 53-55).

Pour les femmes, le risque le plus élevé est représenté par 16 et 18 types de VPH.

Type 16

Ce virus est détecté chez 50% des femmes infectées. Pathogenèse: le papillomavirus affecte le génome cellulaire en bloquant la défense naturelle contre diverses tumeurs.

Une fois le virus introduit dans la cellule, des signes visuels peuvent être observés:

  • des points rugueux sont formés sur les organes génitaux et dans la région anale (papulose bovenoïde);
  • des condylomes et des papillomes apparaissent;
  • la muqueuse cervicale commence à changer - une néoplasie intraépithéliale se produit.

Type 18

Le deuxième à identifier le virus est une oncogénicité élevée. Dans ce cas, plus la femme est âgée, plus le risque est élevé. La pathogénie du type 18 est similaire au type précédent. Une caractéristique distinctive est la capacité de transformer une tumeur bénigne en une tumeur maligne (malignité).

Facteurs contribuant à l'apparition du virus:

Type 51

Il n'est transmis que sexuellement. Les symptômes apparaissent déjà dans la période d'incubation: éruption cutanée sous la forme de verrues simples ou de verrues génitales (généralement de grande taille).

Localisation des tumeurs:

  • zone anale et proche de l'anus;
  • les organes génitaux;
  • région de l'aine;
  • les paupières.

Facteurs contribuant à l'apparition du papillomavirus:

  • changement privé de partenaires sexuels;
  • microtrauma sur les organes génitaux;
  • l'avortement;
  • virus de l'herpès.

Des statistiques choquantes - ont révélé que plus de 74% des maladies de la peau - un signe d'infection par des parasites (Ascaris, Lyamblia, Toksokara). Les vers causent des dommages considérables à l'organisme et notre système immunitaire est le premier à en souffrir, ce qui devrait protéger l'organisme de diverses maladies. E. Malysheva a partagé un secret: comment s'en débarrasser rapidement et nettoyer sa peau, ça suffit. Lire plus »

Type 52

Il est détecté le plus souvent chez les jeunes femmes (jusqu'à 35 ans). Ce type peut provoquer l'apparition d'un cancer du col utérin, mais également du rectum. Le principal facteur à l'origine de l'apparition du virus: les changements fréquents de partenaires sexuels.

Localisation des verrues génitales de type 52:

  • zone anale et proche de l'anus;
  • organes génitaux.

Autres types d'infection

Comme mentionné ci-dessus, les types de VPH sont divisés par le degré de risque oncogénique. Mais cette classification est sujette à changement. Par exemple, plus récemment, le HPV 58 de ce type avait une oncogénicité élevée, on parle maintenant du niveau de danger moyen.

Différents types d’appel à papillomavirus:

  • types 26, 57 - verrues ordinaires / au talon;
  • 27, 28, 49 - verrues planes;
  • 6, 11, 30 - verrues;
  • 1-4, 10 - papillomes;
  • 34, 55 - maladies précancéreuses;
  • 40-45, 54 - dysplasie, verrues génitales.

Verrues génitales

La formation de la peau ressemble à un mamelon. Il est considéré comme une tumeur bénigne. Bien que ce type puisse se développer en une tumeur maligne.

Caractéristiques:

  • petite taille (jusqu'à 10 mm);
  • monté sur une "jambe" mince;
  • chair / rose;
  • la palpation ne provoque pas de douleur.

Les verrues génitales ressemblent à ceci:

Verrues plates

C'est aussi une tumeur cutanée bénigne. Transmis non seulement sexuellement, mais aussi par le biais de contacts familiaux. Un tiers des femmes sont déjà infectées. Mais dans la plupart des cas, le virus "sommeille".

Il peut être activé par plusieurs facteurs:

  • immunité réduite;
  • un certain nombre de maladies, telles que le tube digestif;
  • mauvaise hygiène.

Les verrues planes ressemblent à ceci:

Dysplasie cervicale

C'est une formation de peau inhabituelle sur la membrane muqueuse du col de l'utérus. Le plus souvent, il n'y a pas de symptômes. Seulement 1% des femmes infectées observent des changements visuels. Dans ce cas, la maladie elle-même est considérée comme dangereuse car elle se transforme en cancer. Cancer du col utérin - 2e du degré de mortalité des jeunes filles.

Les types de dysplasies dans l'image ci-dessous:

Méthodes de diagnostic du papillomavirus

Avant de procéder au traitement du VPH, il est nécessaire de spécifier le type de virus à traiter.

Pour ce faire, les patients sont examinés et testés:

  • examen par un gynécologue;
  • examen cytologique (grattage de la muqueuse à étudier au niveau cellulaire);
  • colposcopie (examen détaillé de la muqueuse au microscope);
  • biopsie (analyse tissulaire).

La méthode la plus qualitative et la plus efficace pour le diagnostic du papillomavirus est le diagnostic par PCR.

Il offre l’occasion, pour un court laps de temps, d’identifier le type de VPH, la méthode d’infection, les causes de l’apparition de la maladie et de déterminer le degré de préjudice que l’agent pathogène a réussi à infliger et à prescrire un traitement (traitement ou maintien de l’immunité).

Traitement du VPH chez les femmes

La méthode de traitement de la peau affectée à la suite d'une exposition au VPH dépend de l'étendue de l'infection.

Souvent, au cours de la thérapie utilisé des médicaments. Et si nécessaire, différentes méthodes d’élimination des tumeurs:

  • ondes radio (verrues simples);
  • produit chimique (acides organiques);
  • azote liquide (gel et formation de formations);
  • cautérisation avec courant électrique (haute fréquence);
  • rayon laser (méthode la plus efficace et la moins douloureuse qui ne laisse pas de cicatrices et ne nécessite pas de rééducation);
  • le col entier (dans les cas les plus difficiles).

Le traitement est nécessaire, à la fois pour la patiente et son partenaire. Il est important de se rappeler que, quelle que soit la méthode utilisée pour éliminer les papillomes et les verrues, il existe un risque de rechute.

Et si une femme a le VPH?

Consulter un dermatovenerologiste sans délai. Le médecin fixera tous les rendez-vous nécessaires pour un traitement médicamenteux et, si nécessaire, pour éliminer les manifestations du virus.

À quel point le papillomavirus est-il dangereux chez les femmes?

Avec une immunité saine et forte, les papillomavirus à 90% peuvent être guéris par le corps sans aucun implant, de manière indépendante.

Sinon:

  • l'infection peut se transformer en cancer des organes génitaux féminins et de l'anus;
  • il y a un risque d'infection près des IST;
  • en conséquence, transfert au nouveau-né.

Comment vivre une femme avec un diagnostic de VPH?

Ne paniquez pas, car ce n'est pas une phrase. Le VPH ne conduit pas nécessairement au cancer. Les médecins ne parlent que de la probabilité de cette maladie. Mais un certain nombre de mesures préventives sont nécessaires.

Mesures de prévention du virus

Le VPH, une fois dans le corps, y reste pour toujours. Par conséquent, le meilleur traitement est la prévention. Et vous pouvez commencer avec des conversations avec des adolescentes sur le papillomavirus, les voies d'entrée et le risque de cancer.

Mesures de prévention pour les jeunes femmes:

  • mode de vie sain (y compris la sphère sexuelle);
  • hygiène personnelle;
  • rejet de la vie sexuelle promiscuous;
  • observation chez le gynécologue (au moins 2 fois par an);
  • Vaccination contre le VPH.

Si un papillomavirus est suspecté, vous devriez consulter un médecin.

Un médecin praticien est un cosmétologue, un dermatologue, un vénéréologue, un spécialiste des maladies infectieuses, un trichologue. Expérience 9 ans. Médecin de la plus haute catégorie et spécialiste du site skindiaire. ru. Il aide les personnes atteintes de maladies de la peau, de problèmes d’ongles et de poils d’étiologies et de origines différentes.

Symptômes caractéristiques du VPH chez les femmes, diagnostic et traitement

Le VPH, le virus du papillome humain, est répandu. Selon les statistiques, environ 70% de la population mondiale est infectée par le virus, dont environ la moitié sont des personnes en âge de procréer. Il existe de nombreuses sous-espèces de HPV (plus d'une centaine) qui, selon le degré de danger pour la santé humaine, sont divisées en virus:

  • faible risque oncogénique;
  • risque oncogène modéré;
  • fort risque oncogénique.

Le cancer du col utérin est la conséquence la plus grave que le virus du papillome humain peut provoquer chez la femme. Cette condition pathologique est causée par le VPH avec un risque cancérogène élevé. Il s’agit le plus souvent des souches 16 et 18.

Méthodes de transmission du VPH

En fonction de la souche, le papillomavirus peut être transmis de différentes manières. La principale voie d'infection est sexuelle. C’est ainsi que se transmettent les souches de papillomavirus humain à risque carcinogène élevé. Et le préservatif n'est pas une garantie absolue de sécurité.

Un autre moyen de transmission est le contact-ménage. L'infection peut survenir en raison de l'utilisation des effets personnels du patient: vêtements, accessoires de rasage et de manucure, serviettes, sur lesquels les liquides biologiques du patient pourraient rester.

Il est également possible d’infecter les nouveau-nés d’une mère infectée pendant l’accouchement. Infection de cette façon se produit assez rarement. Comme le papillomavirus chez les femmes rend le travail beaucoup plus difficile, il bloque le canal de naissance, une femme médecin menant une grossesse est plus susceptible de recommander une césarienne.

Les souches de VPH d'Oncoopasnye sont transmises exclusivement par contact sexuel, du porteur du virus à un partenaire. Un certain nombre de facteurs de risque augmentent le risque d'infection:

  • début de la vie sexuelle (y compris les caresses);
  • absence de partenaire permanent;
  • maladies sexuellement transmissibles;
  • exposition à des conditions stressantes et affaiblissement de l'immunité;
  • mauvaises habitudes (surtout fumer, l'alcool).

Il est à noter que toutes les filles ne sont pas infectées par le VPH. Il existe souvent des situations dans lesquelles le virus est inactif pendant un certain temps, supprimé par l'activité du système immunitaire. Avec l'affaiblissement des forces de protection, il apparaît à nouveau, se transformant en un état actif et provoquant des manifestations cliniques.

Le papillomavirus humain a une longue période d'incubation pendant laquelle il peut ne pas se manifester. Les souches faiblement oncogènes peuvent rester passives jusqu'à huit mois et les sous-espèces à risque cancérogène élevé peuvent se manifester soudainement en quelques décennies.

Les symptômes

Comment détecter le virus du papillome par des signes visuels, comment se manifeste la maladie? Les symptômes du VPH chez les femmes et les hommes sont similaires. Le symptôme principal avec lequel le virus se manifeste est l'apparition de néoplasmes (papillomes, condylomes, verrues).

Ils sont situés sur les organes génitaux: dans la région des petites lèvres, autour de l'anus, dans le vagin. Ils peuvent également apparaître sous la poitrine, sur le cou ou sur le visage. Les éruptions cutanées dans ces zones ne sont pas causées par des souches de virus cancérigènes, leur seul inconvénient est une apparence inesthétique. Ils rendent difficile l’apparence attrayante car il s’agit d’un défaut exceptionnellement esthétique.

Les verrues peuvent avoir une apparence différente:

  • Les verrues génitales (verrues génitales) peuvent être trouvées sur les organes génitaux. Ces manifestations externes sont généralement des souches faiblement cancérigènes du papillomavirus humain. Ils sont facilement endommagés et saignent. Le taux de croissance des verrues génitales est élevé et une zone assez importante d’éruptions cutanées peut se former en quelques semaines seulement. Ils peuvent également être situés sur les parois du vagin, ce qui en rétrécit la lumière, ce qui entrave considérablement les rapports sexuels ou l'accouchement.
  • Les verrues planes sont localisées sur les organes génitaux internes, à savoir l'épithélium cervical. Leur présence indique que le virus est présent dans l'organisme depuis longtemps, provoquant des modifications pathologiques de l'épithélium utérin.
  • Les verrues inversées ressemblent aux selles plates, mais elles sont dirigées à l'intérieur de l'épithélium. Souvent, les condylomes de ce type sont déjà un précancer.

Les papillomes sont des excroissances bénignes du tissu conjonctif et épithélial par lesquelles passent les capillaires. Ils peuvent apparaître non seulement sur les organes génitaux, mais également sur les muqueuses (bouche, nez), ainsi que sur la peau.

Si une femme ayant subi un examen gynécologique a présenté des signes extérieurs de VPH, une étude supplémentaire est réalisée sur les cellules de la muqueuse cervicale. Le but de ces tests est d’identifier les symptômes associés suivants du papillomavirus humain chez la femme:

  • cervicite chronique - processus inflammatoire constant du col de l'utérus;
  • métaplasie squameuse - une condition précancéreuse dans laquelle les cellules épithéliales sont régénérées en cellules squameuses;
  • dysplasie - développement et croissance des cellules non standard ou anormaux.

En fin de compte, l'action du VPH mène au cancer du col de l'utérus, que l'on peut qualifier de symptôme d'infection à papillomavirus humain (il appartient à la catégorie des maladies virales chroniques causées par le papillomavirus humain).

De quelle autre façon est le VPH? De nombreuses femmes atteintes du virus marquent l’émergence de pertes vaginales inhabituelles.

Enfin, il est possible d'identifier l'infection à papillomavirus chez la femme à l'aide de tests spéciaux:

  • colposcopie (examen gynécologique du vagin avec un appareil d'éclairage);
  • biopsies (prenant une partie du matériel pour des recherches supplémentaires);
  • examen cytologique du matériel de frottis;
  • PCR (réaction en chaîne de la polymérase).

Diagnostic et traitement

Le diagnostic du papillomavirus chez la femme est basé sur un examen visuel gynécologique et des tests effectués. Les méthodes modernes (PCR, daigen-test) permettent non seulement de détecter la présence de papillomavirus humain dans le corps, mais également de déterminer avec précision la souche détectée, le degré de danger, la charge virale.

Le traitement du VPH chez les femmes dépend principalement du type de souche virale à l'origine de la maladie. Elle est réalisée de manière exhaustive et comprend un traitement antiviral et immunomodulateur associé à l'ablation chirurgicale des tumeurs. Même si le VPH identifié de manière fiable ne peut pas être guéri, vous pouvez seulement vous débarrasser des manifestations cliniques et arrêter son développement.

Les néoplasmes occupant une grande surface peuvent être enlevés. Il existe un certain nombre de méthodes efficaces:

  • manipulation chirurgicale avec un scalpel;
  • retrait au laser;
  • élimination des produits chimiques;
  • destruction par rayonnement radioélectrique;
  • la cryodestruction

Le traitement médicamenteux est choisi par un médecin en fonction d'informations sur le VPH: la quantité de virus dans l'organisme, la sous-espèce qui se manifeste, la durée de l'infection. Le traitement médicamenteux des femmes enceintes n’est possible qu’après la formation des organes internes du fœtus, qui se produit au troisième trimestre. Et, comme mentionné ci-dessus, il est conseillé aux femmes enceintes ayant reçu un diagnostic de VPH de subir une césarienne afin d’éliminer les risques d’infection fœtale.

Papillomavirus humain chez les femmes: symptômes et signes de maladie

Les symptômes du VPH chez les femmes sont des signes qui se produisent rarement. La reproduction active du virus entraîne l'apparition de papillomes sur les organes génitaux externes et internes. L'infection à papillomavirus humain est une maladie dangereuse transmise sexuellement.

Causes du VPH chez les femmes

Le papillomavirus est une personne malade. L'infection se produit par contact. Pour pénétrer à l'intérieur, le virus nécessite un contact direct avec la peau ou les muqueuses.

Il y a des cas où une infection se produit lors de l'utilisation d'outils contaminés pendant le rasage, l'épilation. Le virus pénètre dans l'épithélium par la peau endommagée et commence à se multiplier. L'incidence de l'infection à HPV au cours d'interventions médicales avec des instruments non stériles a augmenté. Les nouveau-nés peuvent être infectés lors du passage du canal génital si les organes génitaux sont recouverts de verrues génitales.

HPV tropique aux cellules épithéliales basales. Le papillomavirus s'accumule sur la membrane muqueuse de la cavité buccale et de la conjonctive. Cela change la structure de l'ADN des cellules normales. La prolifération cellulaire apparaît, entraînant des néoplasmes bénins (papillomes) ou malins (cancer du col utérin).

Les personnes à risque d'infection comprennent les personnes ayant de mauvaises habitudes, un système immunitaire affaibli, des troubles hormonaux, un grand nombre de partenaires sexuels. Les femmes pendant la grossesse et les adolescents présentant des modifications hormonales dans le corps sont une cible facile pour le papillomavirus.

Signes de papillomavirus humain

La période d'incubation de l'infection à papillomavirus humain peut être de plusieurs années. La personne vit et ignore la présence de la maladie. Il continue d'infecter les partenaires sexuels. La maladie peut avoir un tableau clinique prononcé ou être asymptomatique.

L'infection à papillomavirus humain se manifeste de manière externe par des croissances spécifiques de couleur rouge ou corporelle.
Ils peuvent faire saillie au-dessus de la peau ou être plats. Les excroissances sont localisées dans tout le corps. Avec un cours latent, l'infection ne se manifeste pas. Il est détecté lors des tests de laboratoire sur le papillomavirus. Les symptômes du VPH chez les femmes sont divisés en visibles et invisibles.

Signes visibles

  1. Le premier symptôme d'infection par le VPH peut être l'apparition de tumeurs spécifiques dans des endroits intimes, la peau du dos, les mains, le visage et le cou.
  2. Lorsque papillomatose a observé jaune, brun décharge avec une odeur désagréable. Si une infection bactérienne se joint, elles deviennent vertes, purulentes. Sur fond d'immunité affaiblie, la flore fongique se reproduit activement, ce qui s'accompagne de sécrétions de fromage blanc.
  3. Chez les femmes atteintes du VPH, il peut y avoir un écoulement sanglant après un rapport sexuel.

Ces symptômes apparaissent dans toutes les maladies gynécologiques. Le symptôme de papillomavirus humain dans le corps est difficile à détecter avec un cours caché de la maladie.

Invisible

  1. Vous pouvez suspecter le développement de l'état de santé pathologique. Les patients remarquent souvent une faiblesse, une baisse de performance, une humeur dépressive. Le syndrome végétatif Asteno survient dans de nombreuses maladies.
  2. Le danger des verrues est qu'elles peuvent se trouver dans l'urètre, dans le vagin et ne pas se manifester cliniquement. Les femmes doivent subir un examen gynécologique chaque année. Le spécialiste identifiera la présence de formations en surface à proximité. La formation de verrues dans la zone intime représente un risque élevé de dégénérescence des cellules malignes.

Types de papillomes chez les femmes

Les scientifiques ont déterminé qu'il existe plus de 170 types de papillomavirus. Ils apparaissent différentes variantes de verrues:

  1. Les papillomes plats se caractérisent par leur petite taille et leurs contours nets. Ils ont des formes rondes ou ovales. Grandir à l'intérieur de l'épithélium du col, ne pas dépasser son niveau. Il est difficile d'identifier avec un examen gynécologique de routine. Des verrues planes sont observées chez les jeunes femmes, les adolescents. Souvent, l'éducation est associée à la dysplasie. Les verrues plates se produisent en groupes. Ils ne klaxonnent pas. Leur surface reste lisse, sans motif. Les formations ne sont pas montrées par la symptomatologie exprimée. Parfois, des démangeaisons sont présentes. Le plus souvent localisée sur les mains, les cuisses, les grandes et petites lèvres.
  2. Les papillomes vulgaires sont des lésions cutanées causées par le papillomavirus de type 2. Ils ont l'apparence de nodules. Les excroissances sont situées dans les couches supérieures de la peau. Les verrues simples peuvent être rose, jaune. La surface rugueuse et les limites claires les distinguent des autres formations. Un examen détaillé permet de détecter des cernes sur la surface des papillomes. Les dimensions des verrues vulgaires vont de quelques millimètres à 2 ou 3 cm.Si plusieurs excroissances sautent, on distingue une verrue. Ce dernier a de grandes tailles. Les papillomes vulgaires sont localisés principalement dans le dos des mains, les doigts. Affectent rarement la peau des paumes, du visage et des muqueuses.
  3. Les verrues génitales ressemblent au chou-fleur, au compas et aux framboises. Sans traitement continuer à croître. Au fil du temps, de nouveaux apparaissent à proximité de l'ancienne formation. Localisation préférée - les organes génitaux, l'anus, l'urètre, la bouche. L'éducation apparaît 2-3 mois après le contact sexuel. Les mamelons saillants sont souvent blessés. Saignement se produit. La présence de verrues génitales chez les patients présente un risque élevé de développement d'un carcinome cervical. Les formations spécifiques doivent être distinguées de la kératose de la peau, du mélanome, du fibrome, du lipome.
  4. Les papillomes filamenteux (acrochords) sont causés par le papillomavirus 2, 7 types. Après infection du VPH sur la peau du cou, de petits nodules apparaissent sur le dos, qui deviennent rapidement oblongs. Les accrétions sont sur une jambe particulière. Le type de verrues apparaît aux endroits où la peau est sensible et tendre (paupières, cou, axilles, plis inguinaux), principalement chez les femmes de plus de 40 ans.
  5. Le papillome plantaire ressemble à un callus ordinaire. La formation de la croissance se produit en deux étapes. Au stade initial, un petit callus se forme, qui démange, fait mal en marchant. Au bout de 2 semaines, elle présente une surface rugueuse avec des points noirs au centre. Une crête cornée est observée autour du site. La verrue diffère de la callosité habituelle en ce qu'elle ne présente pas de schéma cutané. Il s'élève au dessus de la peau. Couleur d'abord rose, couleur chair, puis acquiert une teinte jaunâtre. Des points noirs sur la surface de croissance apparaissent à la suite du blocage complet des petits vaisseaux. Un cône peut disparaître spontanément sans traitement.

Lorsque les verrues apparaissent, la majorité des patients sont inactifs ou ont recours aux remèdes traditionnels pour traiter la maladie. Les dermatologues recommandent, dès les premières manifestations d’une infection par le VPH, de consulter un médecin. Diagnostic opportun en utilisant des tests spécifiques, une thérapie bien choisie réduit le risque de développer un cancer de la peau, des organes internes et leurs conséquences. L'infection à papillomavirus humain est traitée avec des médicaments antiviraux. Les patients présentant des cas avancés de la maladie sont traités à l'hôpital de gynécologie.