Allergie au froid

L'allergie au froid est une réaction pseudo-allergique résultant d'une exposition à de basses températures dans le corps humain. Malgré le fait que la maladie soit répandue, la médecine moderne a reconnu son existence relativement récemment.

Les allergies au froid sont plusieurs fois plus souvent diagnostiquées chez les femmes que chez les hommes. Elle se manifeste habituellement à 20-30 ans.

Les symptômes d’une allergie au froid peuvent apparaître au contact de l’eau froide, lorsqu’il est dehors par temps froid, par vents froids et lors de la consommation d’aliments ou de boissons froids.

Causes et facteurs de risque

Une allergie au froid est une réaction pseudo-allergique qui se distingue d'une véritable allergie par l'absence de certains mécanismes immunologiques. Dans les pseudo-allergies, le développement du processus inflammatoire est associé à une altération du métabolisme de l'histamine. Les experts ont avancé trois théories expliquant le développement des allergies au froid:

  1. Spasme des vaisseaux microvasculature. Sous l'influence de basses températures, une personne présente un spasme des plus petits vaisseaux sanguins - des capillaires, entraînant une détérioration de l'apport sanguin et de la nutrition des tissus, ce qui constitue le début du processus inflammatoire.
  2. La formation de protéines spécifiques. Chez certaines personnes, sous l'influence de basses températures dans le corps, des processus biochimiques spéciaux sont déclenchés, au cours desquels des protéines synthétisées peuvent agir en tant qu'allergènes. Ce sont ces protéines qui déclenchent la libération de médiateurs d'allergie (histamine, sérotonine), provoquant le développement d'une inflammation allergique. Ces protéines ne sont pas persistantes et lorsqu'elles réchauffent une personne, elles se détériorent rapidement.
  3. Peau sèche Avec une peau sèche, sa surface n'est pas suffisamment protégée. À cause de cela, les cellules perdent rapidement de l'humidité, la peau devient encore plus sèche et commence à s'exfolier. Cette théorie est confirmée par le fait que l'allergie au froid est le plus souvent diagnostiquée chez les personnes ayant la peau sensible et sèche, ainsi que chez les patients âgés.

Les facteurs qui augmentent le risque de développer une allergie au froid sont:

L'allergie au froid se développe souvent chez les patients souffrant d'autres manifestations de l'allergie (allergies au pollen ou domestiques, dermatite atopique, etc.).

Formes de la maladie

Il existe les formes suivantes d'allergie au froid:

  • dermatite froide;
  • urticaire au froid;
  • conjonctivite froide;
  • rhinite froide;
  • forme froide d'asthme bronchique;
  • mixte
  • urticaire familiale froide.
L'allergie au froid prolongée a un effet négatif sur l'état mental des patients. Beaucoup d'entre eux ont une fatigue et une nervosité accrues pendant la saison froide et, dans les cas graves, des états dépressifs se développent.

Symptômes d'allergies froides

L'urticaire au froid est la manifestation la plus courante d'une allergie au froid. Après un contact avec de l'eau froide ou de l'air sur les zones de contact du corps (le plus souvent le visage, le cou, les oreilles, les mains), la peau commence à être douloureuse et à démanger. Puis il devient progressivement rouge et des cloques se forment dessus. En apparence, les modifications de la lésion ressemblent beaucoup aux symptômes des brûlures d’ortie. Avec une zone significative d'éruptions cutanées chez un patient, la pression artérielle peut chuter brusquement, jusqu'à l'apparition d'un collapsus.

L'urticaire à froid familiale (une forme de syndrome récurrent associé à la cryopyrine) est isolée dans une forme distincte d'allergie au froid. La maladie est associée à un défaut du gène NLRP3 et est transmise de manière autosomique dominante. Avec l'urticaire familiale froide, les symptômes d'allergie au froid n'apparaissent pas immédiatement, mais quelques heures après le moment d'exposition à l'organisme de basses températures: une éruption maculo-papuleuse apparaît sur la peau.

L'allergie au froid, qui se présente sous la forme d'une dermatite due au rhume, se caractérise par la formation de taches bordeaux ou rouge foncé sur les zones découvertes de la peau à la surface légèrement squameuse. Leur taille atteint 2–5 cm de diamètre. L'apparition d'une éruption cutanée s'accompagne d'une sensation de brûlure prononcée et de fortes démangeaisons. Après un certain temps, des fissures se forment à la surface des taches, puis se recouvrent de croûtes.

La dermatite par le froid affecte le plus souvent la peau des mains, du cou, des oreilles et du visage, c'est-à-dire les zones du corps non couvertes par les vêtements. Dans de très rares cas, des éruptions cutanées peuvent apparaître sur des zones fermées du corps, par exemple sur la surface interne des cuisses ou des genoux.

Le principal symptôme de la rhinite froide est une rhinite transitoire accompagnée d'un écoulement muqueux. Sa caractéristique est qu'il apparaît lorsque le patient entre en contact avec de basses températures et dans une pièce chaude après avoir chauffé, il passe complètement tout seul.

La conjonctivite froide se manifeste par une augmentation des larmoiements, des douleurs oculaires, un léger blépharospasme. Dans la chaleur du phénomène de la conjonctivite froide passer indépendamment.

L'effet de l'air froid sur la membrane muqueuse des bronches chez certaines personnes conduit au développement d'une hyperréactivité bronchique - la réaction de bronchoconstricteur des voies respiratoires. Cliniquement, cela se manifeste par une crise d'asthme bronchique froid:

  • essoufflement;
  • essoufflement;
  • cyanose du triangle nasolabial;
  • avec auscultation - râles multiples dans les poumons.
Voir aussi:

Diagnostics

Si vous soupçonnez une allergie au froid, le patient devrait être consulté par un allergologue. Pour confirmer le diagnostic, un test à froid est effectué: un petit morceau de glace est placé sur la peau du patient et laissé pendant 3-5 minutes. Si le test est positif, une urticaire au froid typique se développe dans la zone de contact de la glace avec la peau. Si nécessaire, effectuez un pH-métrie supplémentaire de la peau et des éléments de dermatoscopie de l'éruption cutanée.

Un test sanguin peut déterminer la présence de protéines spécifiques du sérum aux allergies dues au froid (cryoglobulines, cryofibrinogène, anticorps contre le froid).

Chez certains patients, l'exacerbation des allergies dues au froid peut être accompagnée de l'apparition de protéines sanguines dans l'urine (hémoglobinurie).

Pour identifier la maladie sous-jacente à l'origine de la formation d'allergies au froid, le patient est envoyé en consultation chez des spécialistes restreints (gastro-entérologue, gynécologue, urologue, dentiste, endocrinologue, etc.).

Les allergies au froid sont plusieurs fois plus souvent diagnostiquées chez les femmes que chez les hommes. Elle se manifeste habituellement à 20-30 ans.

S'il existe des preuves, un autre examen de laboratoire et un instrument sont effectués, qui peuvent inclure:

Les formes cutanées d'allergie au froid doivent être différenciées des dermatites causées par d'autres causes (contact, médicaments, dermatite atopique), ainsi que du psoriasis.

Traitement de l'allergie froide

Le traitement d'une allergie au froid consiste principalement à empêcher le patient de subir un autre contact avec le froid (vêtements chauds en hiver, baignade dans de l'eau tiède, refus de manger des aliments et des boissons froids). En hiver, en particulier par temps venteux, avant de quitter la maison sur une peau exposée, appliquez beaucoup de crème grasse.

Dans le traitement complexe des allergies au froid, on utilise des antihistaminiques, des préparations multivitaminiques, ainsi que des médicaments qui améliorent la circulation sanguine microcirculatoire et les processus trophiques. En outre, le traitement des maladies associées identifiées.

Les patients présentant de légers symptômes d'allergie au froid sont les procédures de trempe recommandées. Le durcissement commence par asperger avec de l'eau tiède (la température de l'eau est comprise entre 37 et 37,5 ° C). Tous les cinq jours, la température de l'eau est abaissée d'un degré et portée progressivement à 10 ° C. Si, lors de la prochaine diminution de la température de l’eau, se manifestent des manifestations cliniques d’allergie au froid, la température est à nouveau élevée pour pouvoir être transportée, puis elle est réduite au bout de quelques jours. Le traitement de durcissement n'est autorisé que chez les patients atteints d'une maladie bénigne. En cas d'allergie au froid qui coule violemment, asperger avec de l'eau froide peut entraîner le développement d'un choc anaphylactique - une complication potentiellement mortelle.

L'autolymphocytothérapie est une méthode relativement nouvelle de traitement de l'allergie au froid. Elle consiste à administrer à un patient des lymphocytes précédemment obtenus de son sang. Le cours est généralement prescrit 8 procédures effectuées tous les deux jours. L'autolymphocytothérapie s'est révélée être une méthode efficace et sûre pour traiter les allergies au froid.

Régime alimentaire pour les allergies froides

En cas d'allergie au froid, il est recommandé de suivre un régime hypoallergénique. Du régime devrait être exclu:

  • aliments épicés, salés, gras et frits;
  • bouillons forts;
  • les épices;
  • viande fumée;
  • saucisses;
  • des fruits de mer;
  • des oeufs;
  • crème glacée;
  • fromages fondus et aiguisés;
  • sauces de fabrication industrielle (ketchup, mayonnaise);
  • marinades et marinades;
  • certains légumes (poivrons, tomates, épinards);
  • les noix;
  • les champignons;
  • agrumes;
  • confiserie.

Dans le régime est recommandé d'inclure:

  • produits laitiers fermentés;
  • plats à base de céréales (sauf la manne);
  • viande maigre;
  • fromages non coupants;
  • pommes vertes;
  • huile végétale;
  • plats de légumes, de préférence verts (courgettes, chou, courge d'été, haricots verts, pois verts, aneth, persil, etc.).

Conséquences possibles et complications

En cas d'évolution clinique grave et d'absence de traitement rapide, les allergies au froid peuvent entraîner le développement de complications graves:

  • œdème laryngé - se développe généralement après la consommation d'aliments ou de boissons froids. La patiente souffre soudainement d'une dyspnée inspiratoire (respiration difficile), sensation de corps étranger dans la gorge. La voix devient rauque et étouffée.
  • choc anaphylactique - le premier symptôme est généralement une douleur vive au niveau des éruptions cutanées, puis un collapsus vasculaire et un bronchospasme se développent rapidement. Les symptômes du choc anaphylactique se développent rapidement et si le patient ne reçoit pas de soins médicaux immédiats, il peut mourir.

L'allergie au froid prolongée a un effet négatif sur l'état mental des patients. Beaucoup d'entre eux ont une fatigue et une nervosité accrues pendant la saison froide et, dans les cas graves, des états dépressifs se développent.

Prévisions

Dans la plupart des cas, une allergie au froid n'est pas dangereuse pour la vie du patient. Cependant, la maladie dure longtemps et nécessite un traitement régulier et nécessaire. En cas de réactions allergiques graves au froid, il peut être nécessaire de changer de lieu de résidence.

Prévention

Dans le cadre de la prévention du développement des allergies dues au froid, il est nécessaire de diagnostiquer et de traiter rapidement les maladies du tractus gastro-intestinal, du système endocrinien, des invasions helminthiques et d'assainir tous les foyers d'infection chronique dans le corps.

Par temps froid, vous devriez vous habiller chaudement et protéger les zones exposées du corps avec une crème grasse, en particulier pour les personnes ayant la peau sèche.

Si vous prévoyez de rester longtemps au froid, vous devriez emporter un thermos avec une boisson chaude. Quelques gorgées de liquide chaud permettent au corps de se réchauffer rapidement et empêchent ainsi le développement de symptômes d'allergies au froid. Mais il est absolument impossible de boire de l’alcool par temps froid pour le réchauffer! L'alcool contribue à la dilatation des capillaires de la peau et, de ce fait, augmente le dégagement de chaleur du corps. En conséquence, l'hypothermie se développe et des conditions préalables sont créées pour le lancement du mécanisme pathologique de l'allergie au froid.

Traitement des symptômes d'allergie au froid chez l'adulte et l'enfant

Les processus allergiques qui se produisent sur le corps et à l'intérieur du corps affectent souvent - à la fois en été et en hiver. Par conséquent, il est nécessaire de trouver les moyens d’aider à résoudre cette situation. L'un de ces phénomènes est l'allergie au froid. Les symptômes, le traitement de ce facteur seront discutés dans l'article. Après tout, les mesures opportunes prises garantissent un excellent résultat des événements. La question se pose également - est-ce allergique au froid ou pas? La réponse est simple - oui! De plus, ce phénomène s'accompagne de nombreux indicateurs de symptômes qui seront pris en compte dans ce matériel.

Allergie au froid qu'est-ce que c'est


Le froid est un irritant externe débilitant qui provoque un processus allergique chez l'homme. Jusqu'à récemment, les médecins s'interrogeaient sur ce facteur en ce qui concerne l'un ou l'autre effet sur le corps. Après tout, par nature, le phénomène n’est pas allergique. Par conséquent, s’il n’ya pas de substance, il ne peut y avoir d’allergie. Cependant, plus tard, il a été constaté que, lorsqu'un régime de basses températures influait, une quantité importante d'histamine apparaît dans le corps de certaines personnes, au cours de laquelle on observe un état de rougeur, gonflement, brûlures, démangeaisons et douleur. Cette réaction est une conséquence du fait que les impulsions nerveuses avec les récepteurs de la peau sont transmises au cerveau humain. Alors, y a-t-il un phénomène dans la vie, quelle en est la cause?

Phénomènes causaux

L'allergie au froid est un événement possible. Dans la médecine moderne, il n’existe actuellement aucune possibilité de fournir des réponses complètes à ces questions. En outre, il est possible que le mécanisme de réaction se manifeste, mais la raison pour laquelle le corps humain réagit à un changement de température reste inconnue. Bien entendu, ce type de phénomène peut être observé en raison d’une forte diminution de la température, ainsi que lors de la prise d’une grande quantité de boissons froides. Un autre ensemble de facteurs provoque un phénomène aussi intéressant que l'allergie au gel.

  • La présence d'autres types de processus et de phénomènes allergiques dans le corps. Par exemple, une allergie au pollen, à la poussière ou à la fourrure d'un animal.
  • Différents types de processus infectieux portés par l'homme.
  • Formations cancéreuses, facteurs hormonaux et auto-immuns.
  • L'eczéma, la dermatite, les papules et les vésicules sont la nature cutanée de l'éruption.
  • Utilisation à long terme d'antibiotiques.
  • La présence de maladies chroniques dans le corps - amygdalite, sinusite, carie.
  • Helminthes qui affaiblissent les fonctions du système immunitaire du corps et du corps.
  • Problèmes liés au travail du tube digestif, du foie, des reins, du pancréas.
  • Problèmes dans le fonctionnement de la fonction endocrinienne.
  • Rhumes, situations stressantes et mentalement instables.

Toute allergie (y compris l’allergie au froid) n’est rien de plus qu’une réaction du corps à un certain type d’irritant. Le dernier élément est le froid, comme déjà noté. De l'histamine est libérée lorsqu'elle est affectée, ce qui provoque des changements cutanés et des frissons.

À la base de l'apparition de ce processus se trouvent les mastocytes, dans lesquels une réaction apparaît. Ils émettent la substance mentionnée précédemment et entraînent un tel état. Ce processus erroné réside dans un système immunitaire épuisé. Par conséquent, une réaction allergique peut souvent mener à une autre maladie plus grave.

Allergie aux symptômes du rhume


En temps normal, les gens font attention à la réaction inconfortable. Il n'y a pas qu'une éruption cutanée sur le visage, il y a une rougeur. On observe une manifestation particulièrement nette en entrant dans la pièce chaude depuis la rue, où règne le froid glacial. Le plus souvent, les zones ouvertes qui sont en contact avec le gel rougissent. Ce sont les mains et le visage.

La logique en donne une explication détaillée: le sang s'est précipité vers les éléments rétrécis par le froid, puis vers les vaisseaux qui ont eu le temps de se dilater dans des conditions de chaleur. Mais ces effets, y compris une éruption cutanée sur les mains, ou plutôt une petite rougeur, disparaissent après quelques heures.

Les subtilités de la manifestation d'une réaction allergique

Ces indications peuvent être nombreuses, mais il existe un ensemble de symptômes de base suggérant plusieurs phénomènes.

  • Une éruption cutanée sur le corps, formée dans les zones de peau ouverte. Bien sûr, une éruption cutanée sur les jambes est rarement localisée, comme sur le dos, les cuisses et le ventre. Comme cela a déjà été noté, des éruptions cutanées apparaissent plutôt au niveau du visage et des mains en contact avec le froid. La couleur des formations peut varier - du rose pâle au violet.
  • Formé comme une partie de la peau visible des cloques et des phoques tranchants.
  • Sensation de démangeaisons et de brûlures graves, pouvant ensuite se transformer en une desquamation perceptible.
  • La manifestation d'un œdème perceptible, qui se remarque dans la région non seulement directement de la peau, mais également sur les muqueuses - sur le larynx, les lèvres, la langue et les sinus.
  • Formation de toux et d'éternuements remarquables.
  • Cette maladie s'accompagne de fortes douleurs à la tête et de frissons.

Nous avons donc examiné comment l’allergie au froid se manifeste. Que faire dans cette situation - envisager ensuite.

Noms de phénomènes alternatifs

  • Urticaire au froid. Accompagné par des éruptions cutanées qui ressemblent à des brûlures d'ortie, accompagnées par la formation de poches et de cloques.
  • Dermatite à froid - se manifeste non seulement comme un phénomène antérieur, mais aussi par l'apparition de cloques et de rougeurs, de desquamation et de démangeaisons.
  • Conjonctivite de même nature - le nombre de larmes augmente ici. A également manifesté une douleur et un gonflement désagréables.
  • Rhinite froide - les symptômes ressemblent à un phénomène courant, mais lorsqu'un malade se trouve dans une pièce plus chaude, les signes "disparaissent".
  • L'asthme de même nature s'accompagne de la formation d'un œdème dans le larynx, d'un essoufflement et d'autres conséquences.

Ainsi, l’éruption cutanée, dont la photo est visible dans l’article, est localisée sur plusieurs sites favoris et représente un danger pour la peau et pour l’état des muqueuses. Par conséquent, il est nécessaire de trouver des mesures pour traiter ces affections afin que le patient se sente bien.

Allergie au rhume éternuement et au nez qui coule


Deux autres symptômes importants qui sont allergiques au froid - il s'agit d'un nez qui coule et d'un éternuement. Cela indique une faible immunité. La raison en est peut-être la présence dans le corps d'agents causatifs d'une réaction au froid. Un nez qui coule peut s'aggraver au début, puis disparaître. Lorsque vous sortez, une personne peut souffrir d'éternuements graves, qui persistent lorsque vous frappez chez vous. Un facteur important qui provoque des allergies au froid - tout le corps démange. Dans ce cas, le phénomène peut indiquer d'autres maladies.

Allergie aux mains froides


La définition d'une maladie revient à faire un test à domicile en appliquant un petit morceau de glace sur l'avant-bras. Si après 10 minutes, cette zone devient blanche, les craintes sont sans fondement. Si des cloques ou un gonflement important sont présents, il y a une raison de faire sonner l'alarme.

Si une réaction allergique se produit dans la zone des mains, comme indiqué sur la photo, vous devez prendre un certain nombre de mesures. Ces formations démangent, démangent et font mal, ce qui ajoute à l’ensemble des inconvénients esthétiques.

Que faire

En cas d'allergie au froid sur les mains, il est nécessaire d'habituer votre corps à une réaction correcte aux influences extérieures du type froid. Pour ce faire, portez le plus chaud possible et, si nécessaire, utilisez deux paires de gants et de gants. Les mesures de prévention comprennent la prévention de la maladie pendant la rémission, mais que faire si l'éruption cutanée se manifeste et que vous avez besoin d'une solution urgente au problème.

Il est nécessaire de consulter un médecin qui vous prescrira un complexe de médicaments. Les mesures thérapeutiques les plus efficaces seront discutées dans l'article, mais pour l'instant, voyez à quoi ressemblent les allergies par le froid (photo).

Complexe préventif

  • Lubrification des mains avec une crème riche en graisse avant de sortir.
  • Optez pour des vêtements en matériaux naturels.
  • Élimination des fluctuations de température notables, vêtements adaptés à la météo.
  • Fermer les mains avec des gants dans des conditions de gel et de froid sévères.
  • Révisez votre propre régime et ajoutez des repas.

Les photos pratiques seront plus attrayantes si vous apprenez à vous conformer aux mesures de sécurité ci-dessus.

Allergie au froid sur le visage


Le visage est une zone de peau qui reste toujours ouverte. Par conséquent, avec la maladie, il existe une éruption cutanée notable chez les adultes, qui s'accompagne de la formation d'un grand nombre de pustules, de papules, d'une desquamation et, bien entendu, du symptôme le plus désagréable: des démangeaisons. Il est important d’appliquer toutes les mesures préventives énumérées au paragraphe précédent et d’enduire le visage de crème grasse avant de sortir dans le froid et le vent. Si vous portez un maquillage abondant, l’outil qui vous servira de base devra être ciblé et de haute qualité.

Il est également nécessaire de frotter les lèvres avec du rouge à lèvres gras pour éviter les gerçures. Nous avons donc examiné le degré d’allergie au froid sur le visage. Des photos d'adultes sont présentées dans ce document. De même susceptible au processus allergique et petits enfants

par conséquent, une éruption cutanée peut également se produire chez un enfant qui doit être éliminé de manière urgente. Pour ce faire, vous devez prendre certains médicaments, dont le complexe sera discuté ci-dessous.

Allergie au traitement de l'onguent froid


Si vous avez déjà réussi à interagir avec le froid et que vous venez d'entrer dans une pièce chaude, plusieurs actions sont nécessaires pour éviter une réaction négative.

  • Réchauffez-vous en buvant du thé chaud, rampez sous une couverture chaude.
  • Lorsque l'anxiété d'éruptions cutanées doivent appliquer des antihistaminiques.
  • Si la muqueuse réagit mal au froid, il est nécessaire de déposer une goutte devant la rue.
  • Si ce phénomène est chronique, buvez de l'alcool.

Nous avons donc cherché à savoir comment se comporter si vous êtes allergique au froid.

Comment traiter ce phénomène?

Il existe un complexe de pommades qui contribueront à améliorer votre état de santé général et à créer les conditions nécessaires à l'élimination rapide de l'éruption cutanée.

  • Composition de GISTAN N - antihistaminique, que l’on peut acheter dans n’importe quelle pharmacie. Il contient une substance hormonale, et ce facteur est important à prendre en compte.
  • SKIN AP aidera à fournir un traitement de qualité. La pommade est également hormonale, mais elle a un effet incroyable et donne un résultat opérationnel.
  • Si vous êtes un partisan des plantes médicinales, les médecins recommandent d’utiliser LA-KRI. Mais l'utilisation de la composition ne peut être réalisée qu'en l'absence d'allergie.
  • PANTHENOL aide à protéger contre les allergies et aide à répondre à la question de savoir comment se frottir les mains au contact du gel.

Il est important de savoir tacher le visage pour assurer la prévention du phénomène. Il peut s'agir de préparations cosmétiques et pharmaceutiques de haute qualité offrant un traitement de grande qualité pour le visage. En général, il est préférable de consulter un spécialiste qui donnera de bons conseils et effectuera un examen complet.

Traitement de l'allergie froide remèdes populaires


La médecine traditionnelle, contrairement aux opinions controversées des médecins, est forte et sans merci face à de nombreuses maladies. La tactique du processus de traitement est choisie en fonction des difficultés engendrées par l'ensemble de la période. Les médicaments traditionnels peuvent avoir un avantage réel, avec les médicaments, si le calendrier d'utilisation est convenu avec le médecin. L'essentiel est de bien préparer la composition, cela créera une bonne santé pour vous et votre famille.

  • Des compresses de baies de myrtilles, qui sont broyées à l'avance dans l'état de gruau. Ces composés contribuent à l'élimination de l'œdème, sont également utilisés pour un certain nombre d'autres maladies de la peau. Le seul inconvénient de cette technique réside dans la couleur sombre des baies, à cause de laquelle la coloration de la peau se produit rapidement. Mais pour une apparence attrayante, vous pouvez en souffrir.
  • Émulsion d'huile, faite à base d'herbes médicinales - calendula, chélidoine, bardane, menthe. Cet outil est efficace dans le cas de peau sèche et de gerçures. La composition aide à éliminer efficacement les sensations de démangeaisons et de douleurs.
  • Teinture à base de pousses et de boutons dans une huile végétale. De plus, la technique est la possibilité de son utilisation pour les enfants. Cet outil résiste parfaitement à la sensation de démangeaisons et de rougeurs sur la peau. Grâce à lui, vous pouvez supprimer toute la sécheresse et la desquamation de l'épithélium.
  • La sève de bouleau a longtemps été réputée pour ses excellentes propriétés. Il est souvent utilisé pour les enfants à l'intérieur. On pense que les plus petits habitants de la planète devraient boire jusqu'à 500 ml par jour, et les adultes, jusqu'à 1 000 ml.
  • Le jus de citronnelle, à travers lequel les zones de peau frottées avec une démangeaison accrue, contribue à améliorer l'état général.

Nous avons examiné le traitement des symptômes d'allergie au froid. Avez-vous regardé? Laissez votre avis ou vos commentaires à tout le monde en visitant notre forum sur les allergies.

Allergie au froid. Causes, symptômes, signes, diagnostic et traitement de la pathologie

Le site fournit des informations générales. Un diagnostic et un traitement adéquats de la maladie sont possibles sous la surveillance d'un médecin consciencieux. Tous les médicaments ont des contre-indications. Consultation requise

L'allergie est une réaction pathologiquement forte du système immunitaire à un antigène étranger. Une réponse immunitaire avec facultés affaiblies se manifeste par une augmentation de son intensité, ainsi que dans la région de la lésion. Contrairement à la force normale de la réponse immunitaire, l’allergie implique la destruction d’une substance étrangère, mais en même temps que les propres structures de l’organisme. Souvent, la réponse du système immunitaire peut être si prononcée qu’elle cause de graves dommages à l’organisme hôte, même à la mort de celui-ci.


Dans les statistiques mondiales sur les maladies, l’allergie est la quatrième après les maladies cardiovasculaires, les traumatismes et les néoplasmes. Ennuyé par le fait que le pourcentage de patients souffrant de maladies allergiques augmente régulièrement et que l’attitude de la société à leur égard demeure insuffisamment sérieuse.

L'allergie au froid est un type particulier de réaction allergique, dans laquelle la basse température est un facteur de provocation. Bien que le terme "allergie au froid" soit utilisé depuis longtemps et qu'il soit bien établi dans la société, les scientifiques sont divisés en deux camps, à savoir si ce phénomène doit être considéré ou non comme une allergie. Cependant, malgré les débats du monde universitaire, les patients atteints de cette pathologie doivent connaître les causes, les facteurs de charge et, plus important encore, le traitement de la maladie, afin que leur qualité de vie ne soit pas affectée.

Faits intéressants

  • Une réaction allergique ne se développe qu’après un contact répété avec l’allergène;
  • La prédisposition à l’allergie au froid est transmise génétiquement;
  • Certaines maladies infectieuses et certaines maladies des organes internes peuvent déclencher une allergie chez une personne en parfaite santé.
  • Avec le bon style de vie et un traitement attentif, vous pouvez réduire à néant les manifestations des allergies au froid;
  • Certaines substances médicamenteuses couramment disponibles contribuent indirectement à la manifestation de réactions d'hypersensibilité du corps, y compris par le froid.
  • La cirrhose augmente les manifestations des allergies au froid.

Causes de l'allergie au froid

L’allergie au froid n’existe que pour une seule raison: l’altération du fonctionnement du système immunitaire. Les facteurs de risque qui conduisent à des échecs dans son travail, beaucoup. Cependant, avant de les décrire, il est nécessaire d’approfondir les mécanismes de développement d’une réaction allergique. Ces informations seront très utiles pour expliquer les actions d’un facteur particulier.

Il existe actuellement au moins deux théories décrivant le mécanisme de développement des allergies au froid. Les deux théories ont de nombreux partisans et des preuves de leur véracité, elles seront donc considérées comme équivalentes.

Théorie 1 (allergique)

Il découle de cette théorie que l’allergie au froid se développe comme un processus allergique classique qui se déroule en trois étapes: immunologique, pathochimique et pathophysiologique.

Stade immunologique (stade des réactions immunitaires)
À ce stade, le corps entre en contact pour la première fois, en particulier son système immunitaire avec un allergène étranger. L'allergie au froid se caractérise par le fait que le froid n'est pas une substance et ne peut donc pas sensibiliser le corps de manière indépendante. Cependant, chez un certain groupe de personnes présentant une prédisposition génétique, cela favorise la formation dans leur corps d'une protéine rare appelée cryoglobuline. Cette protéine n’a aucune fonction dans le corps, car c’est un sous-produit de l’interaction des tissus vivants et des basses températures. De plus, il est reconnu par le corps comme un allergène étranger et est attaqué par les cellules du système immunitaire.

Une fois dans l’environnement interne, l’allergène est absorbé par des cellules spéciales - les macrophages. Après avoir absorbé l'allergène, les macrophages le détruisent complètement, puis exposent ses antigènes à sa surface. Les antigènes sont appelés des parties de l'allergène qui déterminent son caractère unique. De plus, le macrophage avec des antigènes étrangers à la surface interagit avec les lymphocytes T (le type de cellules du système immunitaire) et leur transmet des informations sur la substance étrangère trouvée et détruite. Les lymphocytes T transmettent des informations à l'organe principal du système immunitaire - le thymus.

Le thymus est l'organe central du système immunitaire. Il est situé légèrement au-dessus et derrière le sternum. Selon sa structure, il s'agit d'un organe à lobes, divisé en deux parties inégales. La partie inférieure est plus massive et la partie supérieure est rétrécie et prend souvent la forme d'une fourchette bifurquée (d'où le deuxième nom de l'organe, le thymus). On pense que le thymus atteint 13 à 14 ans, puis le reste de sa vie subit un lent développement en sens inverse. Ce fait est associé à une diminution de l'immunité chez les personnes âgées. La fonction principale du thymus est la production de lymphocytes et leur formation primaire. Par formation primaire, on entend le transfert à chaque lymphocyte d'informations sur les antigènes qui appartiennent à l'organisme et qui, en conséquence, doivent être reconnues comme telles.

Après avoir reçu un signal concernant un nouvel antigène étranger, le thymus commence à produire de manière vigoureuse des lymphocytes, qui pénètrent ensuite dans les ganglions lymphatiques où ils subissent un entraînement secondaire. La formation secondaire implique la transmission d'informations au lymphocyte sur les antigènes que le système immunitaire a déjà rencontrés, y compris un allergène récemment rencontré. Ainsi, un lymphocyte entièrement entraîné commencera immédiatement à l'attaquer lorsqu'il entrera en contact avec un organisme déjà rencontré.

Il est important de noter que certains allergènes ne peuvent entrer en contact avec le corps que quelques fois dans une vie. Ainsi, l’écart entre les contacts peut être calculé pour des dizaines d’années. Dans ces conditions, le corps devient trop longtemps non rentable pour maintenir un nombre suffisant de cellules immunitaires spécialement entraînées contre un antigène spécifique, et leur concentration dans le sang diminue avec le temps. D'autre part, il est impératif que le système immunitaire soit constamment prêt à l'introduction de microorganismes exotiques. Cependant, le corps a trouvé un moyen de sortir des dilemmes existants par la formation de cellules spéciales - les lymphocytes T à mémoire. Ils circulent constamment dans le sang en quantités très limitées et contiennent des informations sur tous les antigènes étrangers rencontrés par le corps. Au contact de l'un d'entre eux, les lymphocytes T mémoire émettent des substances biologiquement actives spéciales qui attirent les lymphocytes non traités restants et leur donnent l'ordre d'attaquer l'allergène. Ainsi, avec une dépense minimale en ressources corporelles, une activité constamment élevée du système immunitaire est maintenue.

En plus des lymphocytes T, il existe des lymphocytes B, autrement appelés plasmocytes. Les lymphocytes B sont également formés d'abord dans le thymus, puis dans les ganglions lymphatiques, mais contrairement aux lymphocytes T, ils n'attaquent pas directement l'antigène étranger. Leur fonction est de former des anticorps qui circulent dans le sang et détectent "l'ennemi". Dès qu'ils trouvent un antigène étranger, ils s'y attachent et forment ce qu'on appelle des complexes immuns circulants. L’avenir de l’antigène étranger dépend de ses propriétés protectrices. S'ils sont bas, l'anticorps le détruit lui-même. Si les propriétés protectrices de l'antigène sont élevées, alors l'anticorps attire des auxiliaires pour la destruction de l'antigène - le système du complément et / ou les lymphocytes T. Les propriétés protectrices d'un antigène ou des cellules sur lesquelles il se trouve sont si élevées qu'elles lui permettent d'éviter les attaques de cellules immunitaires ou même de les détruire elles-mêmes. Un exemple de cette résistance est le bacille tuberculeux.

Stade pathochimique (stades de réactions biochimiques)
Cette étape commence à partir du moment du contact répété de l'allergène avec les tissus corporels. En cas d'allergie au froid, les protéines de la cryoglobuline sont reformées, lesquelles sont perçues par le système immunitaire humain comme des protéines agressives. Les complexes résultants "antigène + anticorps", "antigène + anticorps + complément", "antigène + anticorps + complément + lymphocyte T" ou "antigène + lymphocyte T" lancent un certain nombre de processus visant à fournir une réponse inflammatoire et à limiter la propagation de l'allergène.

La réponse inflammatoire est réalisée par les processus suivants:

  • dégranulation des mastocytes;
  • migration des leucocytes vers le site de l'inflammation;
  • circulation sanguine plus lente.
Dégranulation des mastocytes
Les mastocytes sont appelés cellules spéciales qui produisent et contiennent en grande quantité les principaux médiateurs de l'inflammation - l'histamine, la sérotonine et la bradykinine. Ces substances se trouvent dans les cellules sous forme de granulés qui, si nécessaire, sont libérées dans l'environnement extérieur. Les signaux de libération des granules sont des substances spéciales, les interleukines, qui sécrètent des globules blancs au contact d'un antigène étranger. Les médiateurs inflammatoires agissent sur les fibres nerveuses, provoquant une sensation de démangeaison ou de douleur en fonction de la quantité de médiateur et de la force de l'effet.

Migration des leucocytes sur le site de l'inflammation
Comme mentionné précédemment, les leucocytes interagissent étroitement via l'échange d'une variété de micromolécules. Dès que l'un d'eux attaque une cible, les autres le savent en quelques secondes et se dépêchent de l'aider. Les leucocytes se déplacent dans la bonne direction grâce à un phénomène appelé chimiotactisme (mouvement dans le sens d’une augmentation de la concentration d’une substance). Arrivant sur le site de l'inflammation, les leucocytes participent au processus de destruction de l'antigène étranger et sécrètent des substances sous l'action desquelles les cellules du tissu conjonctif (fibroblastes) construisent une membrane de collagène autour de celui-ci. Cette coquille contribue à la localisation du processus inflammatoire et sa formation est appelée encapsulation.

Ralentissement de la circulation sanguine
Ralentissement de la circulation sanguine dans le foyer inflammatoire se produit lorsque l'effet de l'histamine et de la sérotonine sur la paroi vasculaire. En conséquence de cet effet, la membrane musculaire des capillaires se détend et le sang y circule beaucoup plus lentement. Avec un flux sanguin plus lent, la propagation d'antigène étranger dans les vaisseaux sanguins est moins probable. De plus, les leucocytes et les anticorps, qui sont arrivés dans le sang pour aider le premier lymphocyte T, devraient se déposer sur la paroi vasculaire. Avec une vitesse de flux sanguin élevée, cette tâche est beaucoup plus compliquée. L'expansion des vaisseaux sanguins est donc un changement nécessaire pour assurer une bonne réponse immunitaire.

Stade physiopathologique (stade des manifestations cliniques)
A ce stade, la réponse des tissus et des organes humains à la libération de substances biologiquement actives et de médiateurs inflammatoires au stade précédent. Si vous vous en tenez à cette théorie, la cryoglobuline peut provoquer absolument toute manifestation d'allergie - de la simple démangeaison au choc anaphylactique. Cependant, dans la pratique, il a été observé que, le plus souvent, l’allergie au froid ne se manifeste que par un nombre limité de maladies.

Les manifestations cliniques suivantes de l'allergie au froid sont distinguées:

  • l'urticaire;
  • angioedema;
  • bronchospasme;
  • choc anaphylactique.
C’est le fait que les symptômes de l’allergie au froid ne se limitent qu’à un certain nombre de manifestations, c’est l’argument selon lequel l’allergie au froid est en fait une pseudo-allergie.

Théorie 2 (pseudo-allergique)

Cette théorie repose sur le fait que les cryoglobulines, protéines qui se forment chez certaines personnes sous l'influence de basses températures, ne se retrouvent pas toujours dans le sang au plus fort des manifestations cliniques d'allergies froides. Ce fait suggère que les symptômes allergiques ne sont pas causés par les cryoglobulines, mais par l'action même du froid. Il est gênant de ne pas pouvoir séparer les allergies des pseudo-allergies en raison de manifestations absolument identiques.

L'absence du premier stade (immunologique) constitue une différence significative dans le mécanisme de développement de la pseudoallergie. En d'autres termes, le corps n'est pas sensibilisé, il n'y a pas de globules blancs ou d'anticorps spécifiques au froid, et le système immunitaire n'est absolument pas impliqué dans le processus pathologique. Les deuxième et troisième étapes sont identiques à celles de la théorie allergique.

De ce qui précède, il apparaît qu’il existe un déclencheur qui, en contournant le stade immunitaire, conduit directement à l’activation des mastocytes et à la libération des médiateurs inflammatoires. Les scientifiques ont découvert que certains facteurs non allergènes, tels que l'irritation mécanique (dermographisme urtikarnien), l'effort physique (urticaire cholinergique), les rayons ultraviolets (photosensibilisation), la chaleur et le froid (urticaire froide) peuvent déclencher une activation spontanée des mastocytes et déclencher le processus, apparemment similaire. avec allergique.

Facteurs de risque pour développer des allergies au froid

Maintenant, connaissant les détails de base du mécanisme de développement de l'allergie / pseudo-allergie, il est nécessaire de revenir au sujet de cette section et de mettre en évidence les facteurs contribuant au développement de la réaction pathologique du corps au froid. Par souci de clarté, les facteurs suivants seront divisés en facteurs modifiables et non modifiables.

Les facteurs non modifiables contribuant au développement des allergies au froid comprennent:

  • génétiquement programmé augmentation de la perméabilité de la peau et des muqueuses;
  • caractéristiques de la réponse immunitaire;
  • une modification de l'équilibre inné des médiateurs anti-inflammatoires;
  • hypersensibilité des tissus périphériques aux médiateurs d'allergie;
  • violation de l'activité enzymatique des phagocytes;
  • violation congénitale des processus de désactivation des substances biologiquement actives.
Perméabilité accrue génétiquement programmée de la peau et des muqueuses
La tendance congénitale aux dermatoses contribue à la détérioration des propriétés protectrices de la peau et par conséquent à un effet plus agressif du froid sur celle-ci. Plus le froid pénètre profondément, plus la protéine cryoglobuline est anormale. La sévérité du processus allergique dépend directement de la quantité d'allergène entrant dans le corps. En conséquence, plus la cryoglobuline est formée, plus la réaction allergique sera prononcée.

Caractéristiques de la réponse immunitaire
Sous les caractéristiques de la réponse immunitaire, conduisant au développement des allergies au froid, se réfère à l'activité accrue des cellules immunitaires; plus que la quantité normale d'anticorps dans le sang; déséquilibre entre différents types d'anticorps.

Modifications de l'équilibre inné des médiateurs anti-inflammatoires
Dans le corps humain, il existe un équilibre entre les substances qui stimulent le processus inflammatoire et les substances qui l'inhibent. Avec un décalage d'équilibre d'un côté, le corps subit de grands changements. Avec la prédominance des cytokines anti-inflammatoires, un état d'immunodéficience se développe, dans lequel même le rhume est si grave qu'il peut être fatal. Lorsque l'équilibre se déplace vers une augmentation du nombre de médiateurs inflammatoires, des réactions allergiques et des maladies auto-immunes se développent, au cours desquelles le système immunitaire cesse de reconnaître les cellules de l'organisme et commence à les attaquer.

Augmentation de la sensibilité des tissus périphériques aux médiateurs d'allergie
Cette pathologie est rare et encore moins souvent diagnostiquée en raison de la nécessité de recourir à des tests de laboratoire coûteux. L'essentiel est que le corps réagisse à l'introduction d'un allergène. Dans ce cas, il s'agit de la cryoglobuline proportionnellement au nombre d'agents pathogènes. Les tissus périphériques, pour des raisons inconnues de la science, perçoivent les signaux du système immunitaire de manière trop active et émettent en réponse des substances plus biologiquement actives que la normale. Selon le même scénario, certaines maladies rhumatismales se développent contrairement à l'opinion dominante selon laquelle leur cause est un conflit immunitaire.

Perturbation de l'activité enzymatique phagocytaire
Les phagocytes sont les cellules les plus importantes du corps. Ils ont pour fonction de collecter et de détruire les bactéries en digérant des bactéries entières, leurs parties et même les produits de désintégration des cellules de l'organisme. Ces cellules sont appelées plaisanteries corps. Leur déficience congénitale affecte la réactivité de l'organisme en raison de la dégradation plus lente de l'histamine, de la sérotonine et de la bradykinine. La décomposition plus lente de ces substances dans les phagocytes au cours du développement normal conduit à leur accumulation dans l'organisme. À mesure que leur concentration augmente, les signes cliniques caractéristiques des allergies augmentent.

Troubles congénitaux des processus de désactivation de substances biologiquement actives
Des substances biologiquement actives se forment constamment dans le corps. Ceux-ci comprennent des hormones, des neurotransmetteurs, des médiateurs de différentes phases du processus inflammatoire, etc. La réaction allergique entraîne une forte augmentation de la concentration de ces substances dans le sang. La gravité et la durée de la préservation des symptômes d'allergie dépendront indirectement de l'activité des mécanismes de neutralisation de ces substances, qui sont les différents systèmes enzymatiques du foie, des reins, du sang, etc. La vitesse de ces systèmes est en partie déterminée génétiquement et détermine la sensibilité d'une personne à l'allergie au froid.

Les facteurs modifiables contribuant au développement des allergies au froid comprennent:

  • augmentation de la perméabilité de la peau et des muqueuses d'origine inflammatoire;
  • utilisation déraisonnable d'immunostimulants;
  • activateurs de mastocytes indépendants;
  • produits à fort effet libérant l'histamine;
  • maladie du foie concomitante;
  • utilisation à long terme d'inhibiteurs de l'ECA (captopril, ramipril, Enap, etc.)
Augmentation de la perméabilité de la peau et des muqueuses d'origine inflammatoire
La peau et les muqueuses du corps humain sont des éléments de protection passive contre divers facteurs environnementaux agressifs, notamment le froid. Le processus inflammatoire de ces tissus viole leur fonction de barrière et conduit à une pénétration du froid plus profonde que la normale. Chez les personnes prédisposées, cela entraîne une plus grande production de cryoglobuline et, par conséquent, un processus allergique plus prononcé.

Utilisation déraisonnable d'immunostimulants
La société estime qu’avant les saisons froides de l’année, l’immunité devrait être renforcée le mieux possible afin de se protéger des virus saisonniers. La majorité d'entre eux atteignent cet objectif en prenant de grandes quantités de vitamines, une bonne nutrition, l'observance d'un régime constant et doux de la journée, ce qui est une approche extrêmement correcte. Cependant, certaines personnes trouvent des moyens plus radicaux de renforcer le système immunitaire, notamment de recevoir des immunostimulants sans consulter un médecin. Malheureusement, ce groupe de médicaments n’est pas aussi inoffensif qu’il semble au premier abord, du fait de son nom. Néanmoins, la campagne publicitaire de ces médicaments, lancée à la télévision et sur Internet, gagne du terrain et des avantages, sauf pour les fabricants et les sociétés pharmaceutiques.

Ce groupe de médicaments est rarement utilisé même par les médecins en raison de leur efficacité douteuse et du grand nombre d'effets secondaires graves. L'un d'eux est une augmentation du fond allergique du corps. En d'autres termes, au contact d'un facteur d'agression d'intensité faible, la réponse du corps sera si forte qu'elle affectera davantage ses propres tissus.

Le développement de maladies auto-immunes est une complication encore plus grave de la prise d'immunostimulants. Le système immunitaire fonctionne bien et qualitativement tant qu'il existe un équilibre entre les facteurs qui le stimulent et l'inhibent. Il n'est nécessaire qu'une seule fois de transférer la balance à l'une des parties, dans ce cas-ci dans le sens d'un renforcement des réactions immunitaires, et toute ma vie devra payer avec la santé pour une absurdité totale.

Activateurs Mastocellulaires Indépendants
Comme mentionné précédemment, les mastocytes produisent et sécrètent les principaux médiateurs de l'inflammation dans les tissus corporels. Le signal de sécrétion est fourni par les cellules du système immunitaire ou par des anticorps. Cependant, certaines substances sont capables d'activer directement la sécrétion de médiateurs inflammatoires par les mastocytes.

Les substances activant les mastocytes comprennent:

  • des antibiotiques;
  • des relaxants musculaires (utilisés pour l'anesthésie générale);
  • opiacés (analgésiques narcotiques);
  • certains polysaccharides;
  • substances radio-opaques (technétium, iode radioactif - substances utilisées dans le cadre d'études spéciales à rayons X), etc.
Certaines personnes ont une prédisposition rare à l'activation des mastocytes, même en raison de facteurs physiques tels que:
  • irritation mécanique (dermographisme de l'urticaire);
  • froid (urticaire au froid);
  • chaud
  • rayons ultraviolets (photosensibilisation);
  • activité physique (urticaire cholinergique), etc.
Produits à fort effet libérant l'histamine
Certains aliments, sans provoquer de sensibilisation du corps, peuvent provoquer une réaction semblable à une allergie en raison de l'activation directe des mastocytes.

Les produits alimentaires pouvant activer les mastocytes comprennent:

  • poisson;
  • les tomates;
  • blanc d'oeuf;
  • fraises;
  • fraises;
  • chocolat et autres
Pathologie concomitante du foie, des intestins et du sang
Le foie est l'organe dans lequel se produit la plupart des réactions pour neutraliser les médiateurs inflammatoires. Avec sa défaite, par exemple, l'hépatite toxique causée par l'utilisation à long terme de l'isoniazide, un médicament antituberculeux, ou par la cirrhose alcoolique, la libération d'histamine et d'autres médiateurs inflammatoires du corps ralentit. Dans le processus inflammatoire de la muqueuse de l'intestin grêle, par exemple dans la maladie de Crohn, des conditions sont créées pour une absorption accélérée de l'histamine dans les aliments. Avec une faible activité plasmatique histaminopectique (capacité des protéines plasmatiques à se lier à un excès d'histamine), qui se développe avec un jeûne prolongé, une alimentation inadéquate ou des maladies oncologiques, l'histamine est lentement excrétée des tissus périphériques, provoquant un processus allergique plus long et plus intense, y compris par le froid.

Utilisation à long terme d'inhibiteurs de l'ECA (captopril, ramipril, Enap)
Les inhibiteurs de l'ECA constituent peut-être le groupe de médicaments le plus fréquemment utilisé pour la régulation de l'hypertension artérielle. Leur popularité est due au grand choix de médicaments ayant des effets différents sur l'intensité et la durée de l'effet. Cependant, peu de gens savent que l'ACE, une enzyme qui convertit l'angiotensine, est également impliquée dans l'inactivation de la bradykinine, l'un des médiateurs d'une réaction allergique. En conséquence, l'utilisation à long terme de médicaments du groupe des inhibiteurs de l'ECA entraîne un ralentissement de la libération de bradykinine par l'organisme et une augmentation de sa concentration dans les tissus. Une concentration élevée de bradykinine dans les tissus contribue au développement rapide de l'allergie au froid.

Symptômes d'allergies froides

L'allergie au froid peut théoriquement avoir absolument toute manifestation caractéristique d'une autre allergie. Cependant, dans la pratique, seuls certains d'entre eux se développent plus souvent.

L'allergie au froid se manifeste souvent:

  • l'urticaire;
  • angioedema;
  • bronchospasme;
  • choc anaphylactique.
Ces conditions pathologiques peuvent se développer isolément ou se suivre dans la séquence spécifiée dans le cadre d'un processus pathologique unique. Les symptômes d'une allergie au froid apparaissent également dans un ordre spécifique. Il peut être utile de connaître le moment d'apparition de chacun d'eux si nécessaire pour distinguer une allergie au froid d'une autre maladie dont le tableau clinique est similaire.

Les symptômes d'une allergie au froid se développent dans l'ordre suivant:

  • rougeur;
  • démangeaisons;
  • gonflement;
  • fièvre, faiblesse générale;
  • gonflement des tissus mous;
  • enrouement;
  • essoufflement;
  • peau bleue et muqueuses;
  • nausée, vertiges, acouphènes;
  • perte de conscience;
  • choc anaphylactique;
  • convulsions, selles involontaires (écoulement des selles) et miction.
Des rougeurs
La rougeur de la peau apparaît progressivement dans les zones de la peau les plus sensibles à l'action du froid. Les sections de peau plus mince changeront de couleur plus intensément que la peau épaisse. Les fissures ou tout autre dommage à la peau est l'endroit où la rougeur se développe en premier. Les foyers d'allergie se présentent sous la forme d'une petite éruption cutanée en pointillés avec une tendance à se fondre en une seule formation d'un diamètre pouvant aller jusqu'à 10-15 cm. Les foyers ne font pas saillie au-dessus de la surface de la peau. Avec la fin du froid, la rougeur disparaît sans laisser de trace.

Démangeaisons
La sensation provoquée par l'action de l'histamine sur les terminaisons nerveuses est extrêmement désagréable. Suit les rougeurs plus souvent après 10 à 30 minutes. L'intensité des démangeaisons augmente avec la progression des symptômes restants. Les aliments épicés, la température élevée et le travail physique actif contribuent à l'augmentation des démangeaisons. La présence et l'intensité des démangeaisons chez un patient peuvent être indirectement jugées d'après les traces de grattage et leur profondeur.

Gonflement
Le gonflement est plus généralement associé à l'apparition de cloques, qui sont des formations arrondies d'un diamètre de 1 à 10 à 20 cm de diamètre, dépassant de la surface de la peau, avec une tendance à la croissance et à la fusion. La surface des ampoules est rouge pâle. Avec la fin des cloques froides disparaissent sans laisser de trace. Tous les symptômes ultérieurs sont plus dangereux et nécessitent l'intervention de soins médicaux qualifiés.

Fièvre, faiblesse générale
La température corporelle à ce stade dépasse rarement 37,5 degrés, mais avec la progression du processus allergique, elle peut atteindre 39 à 40 degrés avec une faiblesse grave, des douleurs musculaires et des maux de tête. Les baisses de température quotidiennes dépassent rarement un degré.

Gonflement des tissus mous
L’atteinte de cette étape est marquée par l’apparition d’un œdème de Quincke. Plus souvent, le gonflement affecte les lèvres, les paupières, les joues et les muqueuses. Les tissus gonflés deviennent brillants mais changent rarement de couleur. En d'autres termes, si l'œdème se développe sur une peau rougie, il restera rouge et s'il est sur une peau de couleur normale, il ne changera pas. Lorsque vous appuyez dessus, le gonflement est serré et il ne reste aucune trace de doigt. La raison en est une teneur élevée en protéines, contrairement à l'œdème cardiaque ou rénal, qui contient principalement un liquide exempt de protéines. La propagation de l’œdème autour du cou est particulièrement dangereuse car elle menace de resserrer les voies respiratoires et de manquer d’oxygène.

Enrouement
L'enrouement de la voix est une conséquence de la propagation de l'œdème sur la membrane muqueuse du larynx jusqu'au niveau de la glotte. Dans ce cas, les cordes vocales gonflent et le fossé qui les sépare se resserre. L'état du patient est la panique. Une toux aboyante et les premiers signes de dyspnée apparaissent. Cette affection met la vie du patient en danger. Elle nécessite donc une intervention médicale urgente et, si nécessaire, une intervention chirurgicale (si la glotte est complètement contractée par un œdème et qu'une sonde endotrachéale ne peut pas être insérée).

Essoufflement
Ce symptôme d'allergie se développe dans trois cas:

  • Lorsque l'œdème de Quinck développe une dyspnée inspiratoire dans laquelle le patient peut difficilement respirer de l'air.
  • Avec la propagation de l'œdème aux bronches, il se produit un rétrécissement et un développement du bronchospasme. Dans cet état, le patient a des difficultés à expirer. Le souffle devient court et le souffle est long et sifflant.
  • Avec le développement de l'œdème pulmonaire d'origine cardiaque. Parallèlement à l'apparition de la dyspnée, le patient craint fortement la mort. La peur provoque un rythme cardiaque qui, chez les patients atteints d'une maladie cardiaque chronique, peut entraîner une stagnation du sang dans les poumons. Lorsqu'un certain niveau de pression est atteint, les capillaires des poumons commencent à faire passer la partie liquide du sang dans la lumière des alvéoles, ce qui les désactive du processus de respiration.
Peau bleue et muqueuses
Ce symptôme se développe avec la progression de la dyspnée et reflète le degré de manque d'oxygène dans les tissus. Moins il y a d'oxygène dans les tissus périphériques, plus la coloration de la peau et des muqueuses est intense.

Nausée, vertiges, acouphènes
Ces trois symptômes se développent simultanément avec une baisse de la pression artérielle inférieure aux valeurs de confort. La raison de ces sensations subjectives est un apport sanguin insuffisant dans les zones correspondantes des structures du tronc cérébral, du cervelet et des lobes temporaux.

Perte de conscience
Ce symptôme indique une privation aiguë d'oxygène du cerveau. Si le patient est inconscient et que sa peau est bleuâtre, l'état prétendument inconscient est alors causé par un blocage des voies respiratoires et par un manque d'oxygène dans le sang. Si le patient est inconscient sans peau bleue ni muqueuses, la raison en était probablement une chute brutale de la pression artérielle due au grand nombre de complexes immuns circulant dans le sang et au début du choc anaphylactique.

Choc anaphylactique
Lorsqu'une grande quantité de l'allergène pénètre dans le sang ou lorsqu'une réponse immunitaire trop forte se produit, une anaphylaxie se développe. La pression artérielle tombe à zéro (collapsus). Le patient est inconscient et n'a aucune chance de devenir autonome sans être réanimé.

Spasmes, défécation involontaire et miction
Ces manifestations des allergies au froid sont le plus souvent les dernières, car elles sont l’un des types de souffrance. La condition agonale se développe lorsque le cerveau meurt et constitue la dernière tentative du corps pour restaurer son activité vitale.

Diagnostic des allergies au froid

Quel médecin contacter en cas de problème?

À la réception chez le médecin

En franchissant le seuil du cabinet du médecin, le patient doit être prêt à répondre à un certain nombre de questions relatives à sa maladie. Les questions peuvent être embarrassantes et toucher des domaines du patient dont il n’aimerait pas parler. Cependant, afin de poser un diagnostic correct, il est nécessaire de prendre l'affaire au sérieux et d'informer le médecin des informations dont il a besoin, même si le patient estime qu'elles ne sont pas liées à la maladie.

Les questions suivantes peuvent être incluses dans une enquête auprès de patients allergiques au froid:

  • Quels sont les symptômes des allergies se produisent souvent chez un patient?
  • Dans quelles conditions les symptômes ci-dessus apparaissent-ils?
  • Est-ce qu'ils partent seuls ou après avoir pris des médicaments?
  • Quels médicaments un patient utilise-t-il habituellement pour soulager les symptômes d'allergie?
  • Les fonds ont-ils aidé ou non et dans quelle mesure?
  • À quelle fréquence les allergies au froid sont-elles récurrentes?
  • Existe-t-il des allergies à d'autres substances ou facteurs physiques?
  • Quelles sont les conditions de vie matérielles du patient?
  • La maison a-t-elle de l'humidité, des champignons ou des parasites?
  • Qu'est-ce que le patient mange, quels moyens laver et quelles sont les réactions allergiques à tout cela?
  • Y a-t-il des animaux de compagnie?
  • Le patient a-t-il des parents de patients atteints de maladies allergiques?
  • De quelles autres maladies le patient souffre-t-il?
  • Quel traitement en cours prend-il pour les maladies concomitantes?
Après l'enquête, le médecin procède à l'examen de la peau. S'il y a des éruptions cutanées, elles doivent être démontrées, même si elles se trouvent dans des endroits intimes. Il est impératif de dire à quelle vitesse l'éruption apparaît et disparaît, ainsi que les parties du corps sur lesquelles elle commence et comment elle se propage par la suite.

Cependant, plus souvent, le patient entre en consultation avec un médecin sans aucun signe d'allergie. Dans ce cas, le médecin peut juger nécessaire de procéder à un test de provocation. Pour les allergies au froid, un échantillon avec un morceau de glace est considéré comme le plus informatif. Si, peu de temps après l’application de glace sur la peau, des rougeurs apparaissent, on peut alors affirmer que ce patient est susceptible d’être allergique au froid. Pour clarifier le diagnostic, il est nécessaire de mener des études de laboratoire supplémentaires.

Les tests de laboratoire suivants sont utilisés pour diagnostiquer les allergies au froid:

  • numération globulaire complète;
  • analyse d'urine;
  • test sanguin biochimique;
  • identification des lymphocytes sensibilisés à la cryoglobuline;
  • tests cutanés (pour exclure les allergies concomitantes).
Test sanguin général
Cette analyse révélera une augmentation du nombre de leucocytes, d’éosinophiles et de la vitesse de sédimentation des érythrocytes. Ces changements indiquent qu'un processus allergique se produit dans le corps. Il est important de noter que des résultats similaires peuvent parler d'invasion helminthique.

Analyse d'urine
Une augmentation de la teneur en protéines de l'urine indique un processus inflammatoire dans le système urinaire, tel que, par exemple, une glomérulonéphrite, qui se développe comme une complication d'une réaction allergique.

Test sanguin biochimique
Cette analyse révélera une augmentation du nombre de complexes immuns circulants, des protéines de la phase aiguë de l'inflammation, ainsi qu'une augmentation du taux global d'immunoglobuline E. Ces modifications indiquent la phase de l'ampleur de la réaction allergique mais ne fournissent pas d'informations spécifiques sur l'allergène.

Détection de lymphocytes sensibilisés à la cryoglobuline
Si ce test est positif, il indique que c'est le froid qui provoque le développement d'allergies.

Tests cutanés
Des tests cutanés sont effectués en cas de doute sur le fait que le froid provoque des allergies. Très souvent, les lymphocytes sensibles à la cryoglobuline ne sont pas détectés dans le sang. Cela donne à penser que cette réaction pathologique est pseudo-allergique ou se chevauche avec une allergie à une autre substance.

Traitement médicamenteux des allergies au froid

Il est nécessaire de commencer le traitement de l’allergie au froid en cessant au maximum le contact avec les environnements froids. Il est conseillé de cesser de marcher par temps froid ou par temps froid. S'il est impossible d'éviter le contact avec le froid, il est nécessaire de protéger la peau autant que possible à l'aide de vêtements chauds et des voies respiratoires en respirant à travers un foulard ou un autre tissu chaud.
Toutes les activités ci-dessus sont nécessaires pour réduire le niveau d'hypersensibilité de l'organisme à la cryoglobuline. Avec la longue absence de cette protéine dans les tissus, la sensibilité est réduite indépendamment.